DERNIERE MINUTE

Élections allemandes 360° : le déclin de la pêche au lac de Constance

Dans cette vidéo 360°, au bord du lac de Constance, une habitante a dû comme d'autres, renoncer à la pêche avec la raréfaction des poissons.

Vous lisez:

Élections allemandes 360° : le déclin de la pêche au lac de Constance

Taille du texte Aa Aa

Dans le cadre de notre série de vidéos à 360° sur les prochaines élections législatives allemandes du 24 septembre, nous nous rendons sur les rives du lac de Constance dans le sud de l’Allemagne à la rencontre de ses habitants, fiers de leur coin de “paradis”, mais inquiets pour l’avenir de leurs pêcheurs et de leurs petits agriculteurs.

Elke Dilger vit depuis 48 ans à Meersburg, au bord du lac de Constance. Elle a travaillé dans la pêche pendant 26 ans et depuis quatre ans, elle fait de la location saisonnière d’appartements. Interrogée pour euronews par Jasmin Off, journaliste du quotidien “Schwäbische Zeitung”, elle ne tarit pas d‘éloges sur sa région : “C’est un paradis. Il y a beaucoup de lieux paradisiaques sur Terre, mais je dis toujours que le lac de Constance est tout-à-fait particulier, assure-t-elle. On vit dans une très belle région, entourés par une nature splendide au bord d’un lac incroyable qui nous donne de l’eau potable et qui est aussi une source de nourriture pour les habitants ; de même pour les touristes, c’est une expérience fabuleuse de découvrir le lac, l’ensemble de la région, mais aussi bien sûr de pouvoir déguster nos poissons du lac,” s’enthousiasme-t-elle.

Mais ce paradis n’est pas si parfait : dans la région, le nombre de pêcheurs a été divisé par deux en un peu plus de vingt ans. La raison ? La dépollution du lac qui a fait chuter la population de poissons. Dans les années 70, des mesures ont été prises pour réduire les niveaux de phosphore dans ses eaux. Résultat : la nourriture des poissons présente dans le lac s’est raréfiée.

Des aides au maintien d’activité

Elke Dilger qui représente les intérêts des pêcheurs du lac de Constance espère qu’un compromis pourra être trouvé. “Une étude doit être menée pour voir comment on peut s’assurer que le lac reste propre et nous fournisse de l’eau potable, mais aussi procure aux poissons assez à manger, insiste-t-elle. Et dans un avenir proche, il faudrait peut-être penser à la manière dont on peut aider les pêcheurs qui sont encore en activité comme pour les agriculteurs qui touchent une aide financière quand par exemple, ils ont perdu leur récolte en raison du froid ou du gel,” estime-t-elle.

Elke Dilger se bat contre la mise en place d’une pisciculture intensive qui selon elle, polluerait le lac et pourrait propager des maladies aux poissons sauvages. Elle se fait également la porte-parole des petits agriculteurs de sa région : “Les petites exploitations devraient elles aussi être en mesure de poursuivre leur activité et de survivre et il faudrait arrêter de leur compliquer la vie avec des lois et des réglementations de plus en plus strictes, dit-elle avant d’ajouter : On devrait faire en sorte que les petits agriculteurs puissent se maintenir et ne pas s’occuper uniquement des grandes fermes industrielles qui produisent tout et font de tout.”

Des salaires plus élevés pour les travailleurs sociaux

Enfin, à l’approche des élections allemandes, Jasmin Off demande à Elke Dilger : “Imaginons que vous soyez la prochaine chancelière allemande. Que feriez-vous en premier ?”

“Si j‘étais chancelière, répond-elle, je m’assurerais que ceux qui travaillent dans le secteur social, qui prennent soin des personnes âgées et des malades, et ceux qui veillent à ce que tout soit propre et impeccable aient un salaire plus élevé pour que ces métiers soient davantage reconnus et mieux respectés.”