DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Passage de Maria en Martinique, témoignage d'une habitante

Laure Martin Hernandez, journaliste et habitante de Case-Pilote, témoigne du passage de l'ouragan Maria, de ce qu'elle a vécu.

Vous lisez:

Passage de Maria en Martinique, témoignage d'une habitante

Taille du texte Aa Aa

En Martinique, 33 000 foyers ont été privés d‘électricité, les écoles resteront fermées ce mardi tout comme la plupart des entreprises, l‘évaluation des dégâts est encore difficile à faire.
Laure Martin Hernandez, journaliste pour Sey Magazine, et habitante de Case-Pilote, témoigne du passage de l’ouragan Maria, de ce qu’elle a vécu. Il était minuit chez elle, 6h du matin en métropole, quand nous l’avons contactée. L’alerte maximale, violette, venait d‘être levée, mais elle devait encore restée chez elle. Seuls les secours étaient autorisés à se déplacer.

Le passage d’Irma à St Martin et St Barthélémy a été un rappel violent de ce qui peut arriver sur les îles pour la population et les autorités. Pour la première fois, les centres de secours étaient opérationnels dans les communes de l‘île, tout n‘était pas coordonné depuis Fort-de-France, et les alertes et conseils de sécurité avaient été diffusés dans les rues par haut-parleurs, ce qui était plutôt rassurant, en amont, estime-t-elle. Comme le reste de la population, elle s‘était préparée au pire : stock d’eau, caisse étanche pour les papiers importants et produits de première nécessité, piles, lampes, radio.

Privée d‘électricité, ne pouvant dormir, elle nous a livré ses impressions après des heures de vents et de pluies diluviennes. Elle était soulagée que l’ouragan Maria ait finalement bifurqué plus au nord, lui qui était passé de catégorie 2 à catégorie 5, mais navrée que l‘île de la Dominique, les Saintes, la Guadeloupe le subissent de plein fouet.