DERNIERE MINUTE

Des renforts pour les Antilles françaises après Maria

"Les choses seront rentrées dans l'ordre dans deux ou trois jours en Guadeloupe et en Martinique" selon la ministre française des Outre-mer.

Vous lisez:

Des renforts pour les Antilles françaises après Maria

Taille du texte Aa Aa

Après le passage d’Irma il y a une quinzaine de jours, de nouvelles équipes de secours sont parties mardi soir de l’aéroport parisien Roissy-Charles de Gaulle. A son bord, 110 personnels de secours, docteurs et pompiers. Après une halte à Marseille où d’autres stocks d’aide humanitaire et d’autres secouristes devaient embarquer, il a pris la direction des Antilles françaises. Si l’impact de Maria semble moins dévastateur que ce que craignaient les autorités, il faut de nouveaux bras et plus de moyens pour aider les populations :

“_On a le matériel pour pouvoir bâcher les toitures des habitations, porter secours aux gens et également, ouvrir des routes pour permettre aux véhicules et aux gens de se déplacer”, expliquait le Lieutenant Colonel Samuel Bernes, chef de la force spéciale post-ouragan.

En Guadeloupe, toujours en vigilance grise post-ouragan, EDF a signalé que 80 000 foyers étaient privées d‘électricité sur les 473 000 habitants. L’heure n’est pas encore au déplacement, mais le nettoyage commence. Les écoles resteront fermées au moins jusqu‘à demain. Certaines étaient encore inondées hier.
L’activité économique est bien sûr encore suspendue.


Sur place depuis hier soir, la ministre française des Outre-mer, Annick Girardin, estime que les choses seront rentrées dans l’ordre dans deux ou trois jours en Guadeloupe et en Martinique. Le pont aérien et maritime vers St Martin, où Irma a fait 11 morts et des centaines de millions d’euros de dégâts, va reprendre. La piste de l’aéroport de Pointe-à-pitre est opérationnelle. Pour rappel, c’est le pont aérien le plus grand mis en place depuis la seconde guerre mondiale selon l’Elysée.





La France va aussi se mobiliser pour l‘île indépendante anglophone de La Dominique qui a été ravagée selon les premières reconnaissances effectuées par l’armée française.