DERNIERE MINUTE

Le gouvernement espagnol parle "d'irresponsabilité absolue"

La vice-Première ministre espagnole qualifie le référendum d'indépendance en Catalogne "d'irresponsabilité" et salue l'action des forces de l'ordre

Vous lisez:

Le gouvernement espagnol parle "d'irresponsabilité absolue"

Taille du texte Aa Aa

“Irresponsabilité”, “farce”. C’est en ces termes que la numéro deux du gouvernement espagnol a qualifié le référendum d’indépendance en Catalogne. Lors d’une conférence de presse en début d’après-midi ce dimanche, la vice-Première ministre a appelé les autorités catalanes à cesser la consultation.

“Il n’y a pas eu de référendum ni quoi que ce soit qui y ressemble, a martelé Soraya Sáenz de Santamaría. Jamais cela n’a eu de sens d’emprunter cette voie de l’irrationel et cela n’a pas de sens de continuer. Je demande au gouvernement catalan et aux partis qui y sont liés qu’ils cessent cette irresponsabilité.
Nous avons montré que l’Etat de droit démocratique fonctionne et qu’il dispose des outils pour que les décisions de justice qui protègent les droits de tous soient appliquées.
L’irresponsabilité absolue du gouvernement catalan a dû être suppléée par le professionnalisme des forces de sécurité. Ces dernières ont mis en oeuvre les ordres de la justice, elles ont agi avec professionalisme et mesure. L’objet de leurs actions n‘était pas les personnes mais le matériel électoral. Elles ont toujours voulu protéger les droits et les libertés.
Je ne sais pas ce que M. Puigdemont a vécu dans sa vie, mais la démocratie espagnole n’a jamais fonctionné comme cela. Il y a longtemps que nous nous sommes libérés d’une dictature dans laquelle un homme disait que ses paroles avaient force de loi. La loi, c’est ce que dictent les parlements, dans le respect des normes démocratiques, et la loi, c’est ce qu’appliquent les tribunaux et que font appliquer les forces de sécurité l’Etat.”

La responsable gouvernementale a aussi accusé les promoteurs du référendum d’avoir lésé les droits de “ceux qui ne pensent pas comme les indépendantistes”, en évoquant des méthodes “antidémocratiques”.