DERNIERE MINUTE

Le Visegrad dénonce la qualité différenciée des aliments

Les Etats de l'Est de l'UE affirment que des mutlinationales introduisent sous les même marques des produits de moindre qualité que ceux mis en rayon à l'ouest.

Vous lisez:

Le Visegrad dénonce la qualité différenciée des aliments

Taille du texte Aa Aa

Nous ne sommes pas des Européens de seconde classe“. C’est le message porté par les premiers ministres du groupe Visegrad ce vendredi lors d’un sommet à Bratislava. La République Tchèque, la Hongrie, la Pologne et la Slovénie appellent la Commission européenne à combattre les écarts de qualité entre les produits alimentaires vendus à l’ouest et l’Est de l’UE.

Les quatre Etats affirment que des multinationales introduisent sur leurs marchés des produits de moins bonne qualité que ceux qu’elles mettent en rayon à l’ouest sous les mêmes marques.

Cette réunion aura un impact sur le comportement de certaines multinationales. Le grand succès diplomatique de cette réunion du Visegrad, est d‘être parvenu à hisser ce problème au rang européen“ s’est félicité le Premier ministre slovaque Robert Fico.

Sur 10 des 22 produits testés récemment en Slovaquie, des chercheurs ont relevé de grandes différences de qualité : certaines entreprises utilisaient des ingrédients moins chers, ou moins d’ingrédients, que dans les produits vendus chez les voisins Autrichiens et Allemands.

Dans le viseur des Hongrois : Nutella, Coca-cola, Knorr ou encore Nesquick.

Certains industriels ont justifié ces différences par leur besoin de s’adpater aux goûts locaux… Mais l’argument ne passe pas.

La protection du commerce international est une obligation de la Commission. Si elle ne le protège pas, nous devrons le faire sur une base nationale. Nous allons attendre un peu. Si la commission ne lance pas son propre procédé législatif, nous en lancerons un Hongrois“ a assuré le Premier ministre de Hongrie Viktor Orbán.

Présente à Bratislava, la Commissaire européenne aux consommateurs Vera Journova a affirmé lors de la réunion que l’UE allait à sévir.

Attila Magyar, Euronews :

Les Premiers ministres du groupe Visegrad ont affirmé ensemble que leurs habitants n‘étaient pas des consommateurs européens de seconde zone. La Commission européenne est déterminée à mettre fin à ces pratiques. Tous appellent les entreprises concernées à établir un code de conduite dans lequel elles s’engageraient à cesser ces problèmes de qualité différenciée“.