DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La délicate réforme des travailleurs détachés

Vous lisez:

La délicate réforme des travailleurs détachés

Taille du texte Aa Aa

On les appelle les travailleurs détachés, de la main d’oeuvre envoyée par une entreprise dans autre pays de l’Union pour une durée limitée. Seule condition: le travailleur doit au moins recevoir le salaire minimum du pays d’accueil mais il continue de payer ses cotisations sociales dans son pays d’origine.

“Ils travaillent pour la moitié de notre salaire et les employeurs tirent profit de ce système”, déplore Rudy Bastiaens, représentant du syndicat socialiste FGTB. “Ils se débarrassent des travailleurs belges qui payent leurs impôts ici and on se retrouve sans emploi”.

Le secteur de la construction regroupe 43% de l’ensemble des détachements. Principalement des travailleurs de l’Est envoyés sur des chantiers en Belgique, en Allemagne et en France.

L‘élargissement massif de l’Union sur les 10 dernières années a rouvert le débat sur les travailleurs détachés qui s’apparente pour beaucoup à du dumping social. Les détachements représentent moins d’un pourcent des emplois dans l’Union mais le système provoque des tensions entre les Etats qui envoyent et ceux qui accueillent. Les ministres européens du Travail tentent désormais de trouver un accord sur ce principe clé : à travailleur égal sur un même lieu de travail, un salaire égal.