DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Festival Lumière déclare sa flamme au cinéma et à Wong Kar-wai


cinema

Le Festival Lumière déclare sa flamme au cinéma et à Wong Kar-wai

Le Festival Lumière 2017 s’est clôturé en beauté avec la remise du Prix Lumière au cinéaste hongkongais de légende Wong Kar-wai au terme d’une semaine marquée par des centaines de projections, une dizaine de master class et d’innombrables invités prestigieux comme Tilda Swinton et Guillermo del Toro.

Au festival Lumière de Lyon 2017, il y avait de l’amour dans l’air comme en témoigne le légendaire réalisateur hongkongais Wong Kar-wai qui a reçu un Prix pour l’ensemble de sa carrière.

Sur scène, ovationné par le public, Wong Kar-wai a fait sa déclaration : “Je voudrais dédier cet honneur qui m’est fait à ma muse, Esther” [ndlr : son épouse] avant de lancer : “Merci Lumière, merci Lyon et vive le cinéma !”

Ce festival est l’un des plus importants évènements dédiés aux grands films du patrimoine mondial : on peut y découvrir des copies restaurées dont certaines jamais projettées et profiter de rétrospectives et de programmations spéciales.

Tilda Swinton : “Cette ville possède son cinéma”

Parmi les invités d’honneur cette année, l’actrice écossaise Tilda Swinton, elle-même fervente cinéphile qui a accordé une interview exclusive à euronews. “La manière dont le festival est programmé vient tellement du coeur et j’ai le sentiment que c’est comme si cette ville possédait vraiment son cinéma, affirme-t-elle avant d’ajouter : Un festival où les habitants donnent de l‘énergie aux projections, c’est vraiment un festival formidable.”

En parallèle des projections, les passionnés de cinéma ont eu grâce aux master classes, l’opportunité rare d‘échanger avec les artistes sur leur travail. “Oui, on se régale, on voit des films dans des copies magnifiques, on voit du beau monde, ce n’est pas la peine d’aller à Cannes ou à Venise, donc c’est cool pour ça,” assure l’un des spectateurs. “C’est quelque chose d’extraordinaire, renchérit une autre. En général, on n’imagine pas la chance qu’on a de rencontrer les réalisateurs, donc c’est intéressant, c’est inédit,” s’enthousiasme-t-elle.

“Près de 200 films et de 400 projections dans différentes salles lyonnaises… Dans la ville de naissance du cinéma, le Festival Lumière respecte son slogan : ‘Du cinéma pour tous !’ souligne notre reporter Lise Pedersen.

Guillermo del Toro, Christopher Doyle et tant d’autres

Le cinéaste mexicain Guillermo del Toro notamment avait à coeur de rencontrer le public alors que sort son film : The Shape of Water, récemment couronné du Lion d’Or de Venise. Il nous répond dans un entretien exclusif : “C’est un film qui veut parler de l’amour, de ce qui est étranger, de ce que nous avons en commun, du fait de dire non à la haine et à la peur et de toutes ces questions qui sont si présentes aujourd’hui, précise Guillermo Del Toro. Que ce soit avec une créature fantastique ou une personne réelle qui a une autre culture, une autre religion, une autre préférence sexuelle, quand on ne communique pas, que l’on n‘éprouve ni empathie, ni amour, ça revient à nier le monde, à renier une partie du monde,” estime-t-il.

Lors de la cérémonie, Wong Kar-wai a salué son ancien chef opérateur Christopher Doyle. Une embrassade marquée par la folie du réalisateur australien. “Ce qui nous unit, c’est l’espoir que peut-être ce qu’on fait ouvre les yeux sur ce qui est possible : c’est ce qu’avaient fait les Frères Lumière,” insiste Christopher Doyle.

Le choix de la rédaction

Prochain article
Weinstein : un quatrième viol

cinema

Weinstein : un quatrième viol