DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'AFD au Bundestag, première polémique

Vous lisez:

L'AFD au Bundestag, première polémique

Taille du texte Aa Aa

Wolfgang Schäuble élu à une large majorité président du Bundetsag, la chambre basse du Parlement allemand. A 75 ans, l’ancien ministre des Finances a dû appeler au calme alors que l’extrême-droite, faisait ses début au Parlement sur fond de polémique. Après avoir qualifié l’holocauste de “mythe”, un député de l’AFD a été privé du discours inaugural du nouveau Bundestag.
Discours attribué d’ordinaire au doyen des députés.

“La grande majorité des citoyens de notre pays veut une vie ensemble civilisée et dans ces temps mouvementés, nous avons besoin de revenir à des comportements dont nous ne parlons pas parce qu’ils sont évidents”, a déclaré Wofgang Schaüble.

C’est finalement le député élu depuis le plus longtemps, Hermann-Otto Solms, qui a ouvert la session. Ce qui n’a pas empêché à l’AfD de lancer une polémique en comparant son sort à celui réservé par les nazis à ses opposants au Parlement en 1933.

“1933, Hermann Göring a brisé cette règle parce qu’il voulait écarter des opposants politiques, à l‘époque Clara Zetkin”, a déclaré Bernd Baumann.


C’est bien une minorité de députés d’extrême-droite qui a applaudi cette sortie, vite critiquée par un député du FDP qui lui a répondu que sa remarque dépassait la limite du bon goût.

L’extrême droite de l’AFD avait promis une nouvelle ère en arrivant au Bundestag. C’est sur une ère de polémique qu’elle a fait son entrée au Parlement allemand. L’arrivée de l’AFD marque une césure, un changement dans la vie politique allemande. Pendant ce temps, à l’extérieur du Parlement, une manifestation contre le racisme réunissait quelques militants. Une façon de montrer que l’iruption de l’extremee droite au Bundestag est un choc pourune large partie de l’opinion allemande.