DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La formation des chiens de sauvetages pour sauver des vies

L’UME est l’unité militaire d’urgences de l’armée espagnole, chargée de secourir en cas de catastrophe, principalement en Espagne mais également à l’étranger.

Vous lisez:

La formation des chiens de sauvetages pour sauver des vies

Taille du texte Aa Aa

L’UME est l’unité militaire d’urgences de l’armée espagnole, chargée de secourir en cas de catastrophe, principalement en Espagne mais également à l’étranger. La plupart des interventions marquantes ont été réalisées lors de catastrophes naturelles, en Espagne donc et en Haïti, au Népal, en Equateur et, récemment, au Mexique.

L’un des éléments clés de l’unité militaire d’urgences espagnole est constitué des unités cynologiques. Avec des chiens spécialités dans la recherche et le sauvetage des victimes de catastrophes.

« L’objectif de l’unité cynologique est de faciliter et d’accélérer la localisation des victimes. Nous essayons d’optimiser le temps de recherche avec un entraînement quotidien de nos chiens », déclare le Caporal Felipe de l’unité BIEM II de l’UME.

Les chiens sont préparés aux glissements de terrain, aux structures effondrées et aux grands espaces où les recherches sont souvent difficiles. Les chiens de l’UME sont formés à ce type de situations et intégrés aux recherches organisées par les Nations Unis.
Ils reçoivent donc une formation spécialisée pour faire face à différentes situations et tous les risques. Et ce rapidement, en situation d’urgence, où le temps est compté.
« Tipi » est une chienne spécialisée dans la recherche de cadavres. Le bataillon BIEM II, dans lequel elle se trouve, a six chiens spécialisés dans la recherches de victimes vivantes et deux dans la recherche de cadavres.

Il existe un lien très fort entre le chien et son guide. Les compétences et la forme physique sont importantes mais ils travaillent également la socialisation et le dépassement de l’anxiété dans des situations stressantes.
En situation réelle, dès que le chien marque la position d’une victime, l’équipe de recherche technique détermine la meilleure façon d’agir en utilisant des caméras spécifiques.

« L’entraînement des chiens est basé sur le jeu. L’objectif est que le chien localise la victime, la marque, puis il est récompensé avec un jouet », précise le Caporal Felipe.

Un chien entraîné peut examiner une surface de 100m² en cinq minutes alors qu’un humain équipé ferait la même chose en 45 minutes minimum.
Une grande partie de cette formation vise à rendre le chien autonome, dans l’hypothèse où il se retrouve seul et doit résoudre la situation par lui-même.

Dans le cas d’une recherche de victime vivante, il est habituel que le figurant récompense lui-même le chien. Cela renforce le lien entre le chien et la recherche de victimes.

Il y a 36 équipes cynologiques, en tandem chien-guide, à l’UME prêtes à agir en une heure et à monter à bord d’un avion en deux heures et demi.
Récemment, l’unité cynologique BIEM II est intervenue suite au tremblement de terre au Mexique. Le travail des chiens et de leurs guides a permis de retrouver les cadavres d’environ 40 victimes.