DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Carles Puidgemont laissé en liberté par la justice belge

Vous lisez:

Carles Puidgemont laissé en liberté par la justice belge

Taille du texte Aa Aa

Le président destitué de Catalogne, Carles Puigdemont, n’a pas joué plus longtemps la montre. Accompagné de ses quatre conseillers en fuite avec lui à Bruxelles depuis lundi 30 octobre, il s’est rendu dimanche 5 novembre, à 9h17, à la police judiciaire fédérale belge, anticipant ainsi une éventuelle arrestation. Il a finalement été laissé en liberté sous condition ainsi que ses quatre collaborateurs.

“Ils se sont rendus, on leur a soumis le mandat d’arrêt (émis par le gouvernement espagnol), ce qui leur permet déjà d’essayer de comprendre ce que (leur pays) leur reproche, a commenté le porte-parole du parquet de Bruxelles, Gilles Dejemeppe. Ils ont pu consulter leurs avocats et ensuite, privés de liberté, ils sont arrivés au parquet du Procureur du Roi, parce que le bureau du juge d’instruction est logé dans ce bâtiment.” “Le juge d’instruction a maintenant plusieurs possibilités, a-t-il poursuivi. Il pourra ne pas exécuter le mandat d’arrêt, libérer les personnes – sous conditions ou sous caution – ou les placer en prison.”

La procédure judiciaire visant les cinq hommes ne fait toutefois que commencer. Elle pourra durer jusqu‘à 60 jours, voire au-delà, selon les positions que prendra la justice belge, mais aussi celles des accusés. Déterminé à se présenter aux élections régionales du 21 décembre, Carles Puigdemont fera campagne à distance s’il est maintenu en liberté. Sa situation se compliquera en revanche s’il devait être placé en détention.