DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Festival du film de Thessalonique : le lauréat de l'Alexandre d'or est...


cinema

Festival du film de Thessalonique : le lauréat de l'Alexandre d'or est...

L’Alexandre d’or du meilleur long métrage a été attribué à “Ravens” de Yensse Assurrr au 58ème festival du film de Thessalonique, son interprète principal, Reine Brynolfsson, a décroché le prix du meilleur acteur. C’est le premier long-métrage du cinéaste, qui a déjà derrière lui une carrière reconnue de photographe. “Ravens” suit le combat d’un fermier pour sauver son exploitation. Le drame creuse le conflit entre ce patriarche mutique et son fils, qui tente d‘échapper au destin terrien sans joie tracé pour lui.

L’Alexandre de bronze, ou prix spécial du Jury pour le meilleur réalisateur, a été attribué au film dano-islandais “Winter Brothers” de Hlynur Palmason. “Pour moi c’est un manque d’histoire d’amour. Ce film est comme une odyssey entre frères. C’est preque comme un conte de fée”, pour Hlynur Pálmason, le réalisateur.


Dans “Lucky”, Harry Dean Stanton est un homme de 90 ans qui essaie d’accepter sa mortalité. Un rôle en écho avec tous les héros qu’il a interpreté pendant sa carrière et qui l’ont rendu célèbre. il a reçu un prix spécial pour ce dernier grand rôle. Le film a aussi remporté le prix du public. “Toute récompense pour ce film va à la fois à Harry Dean Stanton et à ceux qui l’ont écrit. C’est un magnifique scénario inspiré par Stanton. C’est vraiment un grand honneur, une grande collaboration et je crois que le public du monde entier l’a bien compris”, estime John Carroll Lynch, le réalisateur.


“Le 58e festival international du film de Theassalonique s’est terminé sur une moisson de prix. Une fois encore ce fut un vrai succès. Plus de 80.000 spectateurs et visiteurs ont assisté cette année aux projections et aux autres évènements du festival”, conclut Yorgos Mitropoulos, à Thessalonique pour Euronews.

Le choix de la rédaction

Prochain article
Abus sexuels à Hollywood : Louis C.K dans la tourmente

cinema

Abus sexuels à Hollywood : Louis C.K dans la tourmente