DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Charles Manson, le gourou-tueur est mort

L'homme qui défraya la chronique et déchaîna les peurs l'été 1969, est mort. Il était en prison depuis près d'un demi-siècle

Vous lisez:

Charles Manson, le gourou-tueur est mort

Taille du texte Aa Aa

Le gourou psychopathe américain Charles Manson est mort au cours de la nuit à l’hôpital de Bakersfield, en Californie. Il avait 83 ans et était hospitalisé depuis la semaine dernière. C’est la prison d’Etat de Corcoran, où il purgeait sa perpétuité, qui a confirmé la nouvelle.
Depuis près de 50 ans, il était l’un des tueurs les plus connus des Etats-Unis. C’est lui qui avait commandité le meurtre de l’actrice Sharon Tate, l‘épouse du réalisateur Roman Polanski, alors enceinte de 8 mois.

Le 9 août 1969, il avait envoyé un petit commando dans la maison où se trouvait Sharon Tate. Elle avait été poignardé à 16 reprises. Quatre autres personnes étaient mortes ce jour-là. Le mot ‘Pig’ avait été inscrit avec du sang sur la porte de la maison… Il s’avèra que Manson avait envoyé ses troupes au mauvais endroit. Il voulait se venger d’un producteur de musique qui avait déménagé et quitté le secteur de Benedict canyon… Mais qu’importe, cela servait sa cause.

Car Charles Manson avait imaginé une série de meurtres afin de provoquer une guerre entre Blancs et Noirs dont, selon lui, les premiers seraient sortis vainqueurs. Il avait formé une communauté hippie dans les années 60, sa “famille”, la “Manson Family”, une secte violente dont il se disait le messie, imprégné de racisme et de xénophobie. Il se présentait tout bonnement comme la réincarnation de Jésus Christ…

Manson avait été condamné en 1971 pour 7 meurtres, qu’il n’a pas commis certes, mais orchestrés. D’abord condamné à mort, il avait vu sa peine commuée en réclusion à perpétuité en 1972, quand la Californie a aboli la peine capitale. Plus tard, deux autres meurtres lui avaient été imputés. Celle du couple de la riche famille La Bianca.

Ultime provocation de cette “famille” meurtrière, se faire tatouer une croix gammée sur le front, ce qu’il avait fait au cours de sa détention, comme ses quatre adeptes condamnés eux aussi à perpétuité.