DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cameroun : l'Afrique en miniature

Vous lisez:

Cameroun : l'Afrique en miniature

Taille du texte Aa Aa

Focus nous emmène au Cameroun à la découverte d’une nature magnifique. Au programme : ascension du Mont Cameroun, 4100 mètres d’altitude, et visite de l’un des sanctuaires animaliers du pays.

Le Cameroun est un pays d’une incroyable diversité : il est souvent surnommé “l’Afrique en miniature”. Nous débutons notre périple à Ngaoundéré où se déroule ce matin-là une Fantasia, une grande fête traditionnelle.

Puis nous prenons la route vers le Parc de la Bénoué. C’est l’un des trois grands parcs de la région du nord du Cameroun et l’un des sanctuaires animaliers du pays.

Nous rejoignons le camp du Buffle noir, l’un des trois campements de ce Parc. “Il est situé au cœur de cet ancien domaine de chasse gigantesque qui fait 180.000 hectares, l‘équivalent de deux fois la superficie d’une ville comme Paris,” souligne notre reporter Serge Rombi.

À la rencontre des animaux sauvages

Le conservateur du Parc a pour objectif, d’attirer davantage de touristes. Pour cela, Jean Paul Kevin Mbamba Mbamba a noué des partenariats techniques comme avec le zoo de Bristol. Cela a permis par exemple d’installer des traceurs sur certains animaux et d’identifier les lieux de vie de dizaines d’espèces. “On peut vous emmener directement là où vous avez le maximum de chances de rencontrer les animaux, assure-t-il. Bien sûr, les animaux ne donnent pas de rendez-vous, ils ne sont pas attachés, ils peuvent se déplacer, reconnaît-il avant d’ajouter : Mais on a un pourcentage élevé de chances de les rencontrer dans ces endroits que nous avons déjà identifiés.”

L’un des éco-gardes nous guide ensuite à la recherche des animaux. Nous croisons furtivement un éland de Derby, la plus grande antilope d’Afrique, mais également la plus craintive. On ne la trouve quasiment qu’ici, au Cameroun.

Puis, dans ce parc considéré comme l’un des principaux corridors de la faune sauvage dans cette région d’Afrique, nous découvrons les traces des hippopotames : des géants qui cohabitent pacifiquement avec des voisins pourtant réputés féroces, des crocodiles.

Le parc de la Benoué est entouré de zones de chasse dont la gestion a été confiée aux populations locales. Pour les responsables camerounais, l’idée est de développer un tourisme inclusif.

“C’est permettre aux populations d’améliorer leurs conditions de vie en vivant de l’exploitation, de la mise en valeur des sites touristiques autour desquels elles vivent, précise Daniel Nganhoul, directeur de la promotion du Tourisme au Cameroun. Il ne faut pas les exclure !” lance-t-il.

Mont Cameroun : “Au sommet, vous êtes le roi !”

Nouvelle étape dans le sud-ouest du pays cette fois, sur les pentes verdoyantes du Mont Cameroun, volcan actif dont la dernière éruption date de l’an 2000.

Nous nous lançons à l’assaut de ce géant de 4100 mètres d’altitude avec notre guide Daniel Efande. Chaque année se déroule sur place, la Course de l’Espoir : 42 km aller-retour entre la ville de Buea et le sommet. Le parcours avec ses 2500 mètres de dénivelé est bouclé en moins de quatre heures et demi pour les plus rapides. Mais pour des marcheurs comme nous, on estime qu’il faudra deux jours.

“On doit être en forme physiquement, explique Daniel Efande de l’Organisation de l‘écotourisme du mont Cameroun, parce que plus on monte, plus il fait froid et plus l’oxygène devient rare, donc il fut beaucoup de force. Une fois en haut, vous êtes au sommet de l’Afrique de l’ouest et de l’Afrique centrale, vous êtes au point culminant : vous êtes le roi !” s’enthousiasme-t-il.

Immersion totale dans la nature

Ce trek nous emmène dans une nature magnifique. Le Mont Cameroun est en réalité, un parc naturel de 58.000 hectares où sont protégées le millier d’espèces endémiques qu’on trouve sur place comme la canne de singe, une plante qui peut être utile aux marcheurs.

“Quand vous n’avez plus d’eau potable, il vous suffit de chercher cette plante, il y a de l’eau dedans, précise notre guide. Il faut juste la prendre comme cela, puis enlever l‘écorce, décrit-il en arrachant une pousse. Cette plante est endémique, on la trouve uniquement à 1200 mètres d’altitude : elle est aussi très bonne pour les fumeurs, elle permet de purifier son corps, de nettoyer ses poumons,” renchérit-il.

Nous atteignons à 1800 mètres d’altitude, l’un des quatre refuges qui jalonnent l’ascension du Mont Cameroun. “Sur place, vous pouvez passer une nuit en immersion totale, en pleine nature, indique notre reporter. Mais bien entendu, et cela fait partie du jeu, il faudra emmener avec vous votre eau, votre nourriture et votre sac de couchage,” précise Serge Rombi.

Avant de quitter le pays, nous avions évidemment envie de voir l’océan et cela tombe bien puisque Limbé, l’une des stations balnéaires les plus prisées du pays, se trouve juste là, sur le flanc sud du volcan. Avec ses plages de sable noir, ses jolis hôtels et sa douceur de vivre, nous découvrons une autre facette des fabuleux paysages camerounais.

Plus de focus