DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le port d'Abdijan change de dimension

Vous lisez:

Le port d'Abdijan change de dimension

Taille du texte Aa Aa

Faire face à l’essor du trafic maritime, c’est l’ambition du port d’Abidjan. De grands travaux sont en cours pour agrandir et moderniser le poumon économique de la Côte d’Ivoire. Dans cette édition de Target, nous découvrons les coulisses de la rénovation du premier port de commerce d’Afrique de l’Ouest.

C’est le poumon économique de la Côte d’Ivoire : le port autonome d’Abidjan voit transiter l’essentiel des échanges commerciaux du pays, une manne financière qui représente 80% des recettes douanières de l’Etat. Construit en 1950, il souffre aujourd’hui d’engorgement. Pour y remédier, de grands travaux d’extension ont débuté il y a deux ans.

Face à la hausse du trafic maritime en Afrique de l’Ouest, l’enjeu est crucial pour le pays, mais aussi pour toute la sous-région et notamment les pays qui n’ont pas accès à la mer : Mali, Burkina Faso et Niger.

“Chaque année, plus de 20 millions de tonnes de marchandises transitent par le port d’Abidjan, nous précise notre reporter Anne Devineaux. Et à l’avenir, ajoute-t-elle, “ce devrait être encore beaucoup plus notamment grâce à ces travaux d’agrandissement et d’approfondissement du canal d’accès à la mer.”

Toujours plus grand, toujours plus de conteneurs

Une porte d’entrée sur le port plus large et plus profonde : c’est l’un des chantiers emblématiques du projet. Un autre consiste à construire un deuxième terminal à conteneurs. Objectif : pouvoir accueillir des navires de dernière génération sans limitation de longueur.

“Au port d’Abidjan, on a des quais qui prennent des bateaux de 11 mètres 50 de tirant d’eau, c’est-à-dire [qui ne transportent] pas plus de 3500 conteneurs, précise Hien Yacouba Sié, directeur général du port autonome d’Abidjan. “Quand le projet sera terminé”, poursuit-il, “le port d’Abidjan pourra accueillir des bateaux transportant 14 000 conteneurs.”

Constructeur chinois

Le nouveau terminal s‘étendra sur des terres gagnées sur la lagune. Le chantier a été confié à un groupe chinois, China harbour Engineering Company (CHEC). D’immenses blocs de béton sont construits sur place pour former le futur quai.

“On va transporter ces caissons par bateau sur le chantier du port et on va les aligner pour construire la ligne de quai”, explique Zhibin ZHANG, adjoint au directeur de projet chez CHEC. “Notre projet est énorme”, fait-il remarquer. “Nous avons à peu près 50 bateaux pour les travaux qui circulent dans toutes les directions ; donc notre plus grand défi, c’est d’assurer la sécurité du trafic entre nos bateaux et ceux du port d’Abidjan”.

Le chantier doit se terminer en août 2019. Plus de la moitié des travaux ont déjà été réalisés. Leur coût se monte à 1,2 milliard de dollars. Un investissement indispensable pour l’avenir du port.

Connections avec la sous-région

“A l’origine, le port d’Abidjan a été conçu comme un port pour la sous-région et la vivacité de l‘économie ivoirienne aidant, cela justifie son rôle”, estime Hien Yacouba Sié, directeur général du port. “Depuis les années 2000, quand il y a eu la crise en Côte d’Ivoire, il y a eu des contournements par Lomé (Togo), Tema (Ghana) et Cotonou (Bénin), mais les choses reviennent, les gens reviennent parce qu’en faisant le rapport qualité prix, le port d’Abidjan est nettement plus intéressant,” assure-t-il.

Une fois les travaux terminés, le port autonome d’Abidjan entend bien assurer pour de bon sa position de hub leader sur la côte ouest-africaine.