DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Transport d'enfants : les accidents les plus graves depuis 1982

Vous lisez:

Transport d'enfants : les accidents les plus graves depuis 1982

Taille du texte Aa Aa
  • C’était le 31 juillet 1982, près de Beaune (Côte-d’Or). Cinquante-trois personnes, dont 44 enfants originaires de la région parisienne, périssent dans l'incendie du car qui les emmenait en colonie de vacances, après une collision avec plusieurs véhicules sur l'autoroute A6.

Suite à ce drame, le gouvernement annonce rapidement la mise en place de nouvelles mesures de sécurité routière : la vitesse maximale autorisée par temps de pluie est réduite à 110km/h sur autoroute et à 80 km/h sur les routes. Les cars doivent désormais être construits avec des matériaux incombustibles. Les transports collectifs d'enfants sont interdits lors des week-ends de chassé-croisé et les véhicules lourds doivent se doter de dispositifs de limitation de vitesse.

  • Huit ans plus tard, le 15 janvier 1990, dans l'Aube, trois adolescents sont tués dans l'accident du car scolaire qui les emmenait au lycée, sur la RN77 entre Troyes et Arcis-sur-Aube.

  • Le 8 avril 1993, quatre personnes, dont trois enfants, sont tuées dans la collision entre un train et leur minibus scolaire à un passage à niveau, près d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). L'accident s'est produit au passage à niveau 106, au lieu-dit La Calade, alors que les 23 enfants revenaient d'une journée en Camargue. À la sortie d'un tunnel, à quelque 200 mètres du passage à niveau automatique, le conducteur du train Marseille-Briançon, lancé à 100 km/h, a aperçu le minibus, coincé entre les barrières baissées. Malgré un freinage d'urgence, il a percuté le véhicule à une vitesse estimée à 60 km/h.

  • Quatre personnes dont trois collégiens trouvent également la mort le 18 décembre 2000 dans une collision entre un poids lourd et un minibus de ramassage scolaire sur la RN60 entre Orléans et Montargis. Il est près de sept heures du matin, le minibus vient tout juste de commencer sa tournée de ramassage scolaire. Il se rend au collège de Bellegarde (Loiret) où les trois élèves sont scolarisés. En traversant la nationale 60, qui relie Châteauneuf-sur-Loire à Bellegarde, le minibus est percuté de plein fouet par un camion qui transporte des rouleaux de papier. Le semi-remorque traîne le minibus sur une centaine de mètres avant de finir sa course dans le fossé. Le chauffeur du minibus et trois adolescents sont tués sur le coup.

  • La Haute-Savoie connaître également un drame le 2 juin 2008. Sept enfants sont tués à Allinges dans la collision entre un TER et un car scolaire à un passage à niveau au lieu-dit Mésinges. "J'aurais préféré partir avec eux que d'être là aujourd'hui. Parce que ça, c'est terrible", dira, en larmes, lors de son procès,  le chauffeur du car. Il sera condamné à deux ans de prison avec sursis pour homicides et blessures involontaires "par imprudence et maladresse". La SNCF et Réseau ferré de France (RFF) seront aussi condamnés pour homicides et blessures involontaires.

  • Le 22 juillet 2014, six personnes, dont cinq enfants âgés d'une dizaine d'années, sont tuées dans la collision entre un minibus et un poids lourd à Courterances près de Troyes (Aube). Le premier a heurté de plein fouet le second qui roulait à contresens sur la départementale 619.

  • En 2016, deux accidents mortels se succèdent. Le 11 février, le montant de la remorque d'un camion éventre sur toute sa longueur un autocar scolaire croisé dans une rue de Rochefort (Charente-Maritime). Six adolescents seront tués. La veille, un autocar scolaire circulant sur la neige avec 32 personnes à bord quittait la route près de Montbenoît (Doubs) et se couchait sur le flanc. Deux adolescents de 12 et 15 trouvaient la mort dans cet accident.