DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Judo : du spectacle au Masters de Saint-Pétersbourg

Vous lisez:

Judo : du spectacle au Masters de Saint-Pétersbourg

Taille du texte Aa Aa

La première journée des World Masters de Judo à Saint-Pétersbourg a tenu toutes ses promesses.

L’homme du jour : Soichi Hashimoto

Dans la catégorie des moins de 73 kg, l’homme du jour n‘était autre que le champion du monde en titre, Soichi Hashimoto, qui a fait l‘étalage de toute sa technique, dont un magnifique ippon contre le Russe Denis Iartcev. Même démonstration, même technique avec un waza-ari inscrit face au champion d’Europe en titre, l’Azerbaïdjanais Hidayat Heydarov. En finale face au Géorgien Lasha Shavdatuashvili, champion olympique 2012, Hashimoto a réussi a placer un o-soto-gari pour marquer waza-ari et remporter ainsi son second World Masters.

Ce succès redonne le sourire au Japonais, qui restait sur une défaite au Grand chelem de Tokyo, lui qui n’avait plus perdu depuis deux ans : “J’ai remporté le championnat du monde et ensuite, j’ai perdu à Tokyo, mais j‘étais un petit peu blessé. Cette victoire ici me donne confiance pour la suite, c’est un grand soulagement”, souligne Soichi Hashimoto.

La femme du jour : Sumiya Dorjsuren

La femme du jour est également championne du monde en titre : chez les moins de 57 kilos, la Mongole Sumiya Dorjsuren. La numéro un mondiale est apparue en grande forme à Saint-Pétersbourg renversant tour à tour ses adversaires sur le tatami. Elle a battu en finale la Japonaise Yoshida Tsukasa à l’occasion d’un remake de la finale épique du dernier championnat du monde. “Beaucoup de choses ont changé depuis mon titre mondial. Mais j’ai essayé d‘être honnête avec moi-même, au plus profond de moi, je suis toujours la même personne, je l’ai toujours été”, a déclaré la championne mongole.

Des médailles et des stars

Chez les moins de 60 kg, l’or est revenu au jeune Japonais Nagayama Ryuju, vainqueur en finale de l’Espagnol Francisco Garrigos. Nagayama a même eu le privilège de recevoir sa médaille d’or des mains de l’acteur américain Adrien Brody.

La Russie a également vu l’or grâce à Natalia Kuziutina, sacrée chez les moins de 52 kg.

Chez les moins de 48 kg, la médaille d’or a été remise par Arkadi Rotenberg, membre du comité exécutif de la Fédération internationale de judo, à la Japonaise Tonaki Funa.

Chez les moins de 63 kg, la finale était entièrement japonaise. La tenante du titre du World Masters, Tashiro Miku, s’est illustrée par un magnifique uchi-mata pour ippon, et a reçu sa médaille des mains du président de l’IJF Marius Vizer.

Le spectacle était au rendez-vous aussi chez les moins de 66 kg, où le Mongole Kherlen Ganbold a battu le Kazakh Yeldos Zhumakanov avec un spectaculaire ippon dans les dernières secondes du combat. Deuxième médaille d’or pour la Mongolie dans ce tournoi.

Enfin, le geste du jour est à mettre à l’actif de la championne du monde, la Française Clarisse Agbegnenou.