DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Statut de Jérusalem : tensions et divisions

Vous lisez:

Statut de Jérusalem : tensions et divisions

Taille du texte Aa Aa

2018 ne s'annonce pas sous les meilleures hospices au Moyen-Orient. Dimanche soir à Ramallah, à l'occasion du 53e anniversaire de la création de son parti, le Fatah. Mahmoud Abbas, le président de l'autorité palestinienne s'est de nouveau engagé à établir un Etat palestinien indépendant malgré la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

Mahmoud Abbas : "Nous sommes ici pour rester et nous ne partirons pas. Nous ne répéterons pas les erreurs stupides du passé. Nous resterons ici jusqu'à ce que la Palestine soit libérée, et, si Dieu le veut, Jérusalem sera la capitale de la Palestine."

De son côté, le comité central du Likoud, le parti du Premier ministre israélien, a fait monter les enchères. en votant dimanche soir une résolution (non contraignante) visant à annexer purement et simplement la Cisjordanie, un territoire palestinien occupé par Israël depuis 50 ans.

Opposé à cette mesure, Benjamin Netanyahu a néanmoins rappelé sa détermination à combattre les mouvements islamistes.

Benjamin Netanyahu : "Israël considère le Hamas comme responsable de tous les tirs en provenance de la bande de Gaza. Depuis que nous avons détruit il y a quelques semaines les tunnels de la terreur vers notre territoire, l'armée a attaqué près de 40 cibles du Hamas y compris avec une attaque aérienne la nuit dernière."

Dans la bande de Gaza la situation reste tendue. Samedi, un jeune Palestinien est mort après avoir été blessé vendredi lors de violents affrontements avec les forces israéliennes. Au total, trois Palestiniens ont été tués, et une cinquantaine de personnes ont été blessées.

Avec Agences