DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Etats-Unis : les enseignants sceptiques

Vous lisez:

Etats-Unis : les enseignants sceptiques

Taille du texte Aa Aa

Y aura-t-il des armes dans les salles de classe américaines ? La proposition de Donald Trump d'armer des enseignants - moyennant un "bonus" pour ceux qui l'accepteraient - est loin de faire l'unanimité.

Pour le principal syndicat d'enseignants, c'est d'autant moins justifié que des agents armés se trouvaient dans le lycée de Floride où a eu lieu la fusillade meurtrière et ne l'ont pas empêchée. Mais le président américain n'en démord pas.

"Nous devons renforcer nos écoles, pas les affaiblir, a-t-il martelé. Une zone sans armes, pour un tueur ou quelqu'un qui veut devenir un tueur, c'est comme la tentation d'une crème glacée."

Dans les établissements scolaires, les réunions se multiplient pour rechercher des alternatives. Pour Eric Blanchard, responsable de la police du comté d'Aransas, il n'y a pas de meilleure parade.

"Je ne dis pas que tous les enseignants doivent être armés, mais je dis que certains enseignants ont la capacité et les compétences pour affronter la violence par la violence", assure-t-il.

Le premier syndicat d'enseignants est pourtant rétif. Sa vice-présidente s'en explique :

"Armer les professeurs n'est pas une bonne idée. J'ai enseigné les sciences à des élèves de 4ème pendant plus de 30 ans. Et j e ne peux pas imaginer avoir la responsabilité de porter une arme à feu. Ce que le président et d'autres décrivent me fait plutôt penser à une prison."

Au pays du deuxième amendement, les images de lycéens rescapés fuyant leur établissement ne suffiront donc pas à imposer le "tous armés". Plus que jamais, ce sont deux Amériques qui se font face.