DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Quand Mai 68 changea la France

Vous lisez:

Quand Mai 68 changea la France

Quand Mai 68 changea la France
Taille du texte Aa Aa

Mai 1968 révolutionna la France... Il y a cinquante ans, ce mouvement social étudiant et ouvrier changea l'Histoire. Tout commença par la mobilisation des étudiants parisiens, un mouvement essentiellement anti-autoritaire, libertaire. Il dénonçait, à l'époque, l'impérialisme sous toutes ses formes, revendiquait la libération des moeurs et contestait la "vieille université" et la société de consommation qui avait gagné la France après 10 années de prospérité et le début du chômage.

"Il est interdit d'interdire", "Sous les pavés la plage", "Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi", "Soyez réalistes, demandez l'impossible" sont autant de slogans qui fleurissent alors.

Les manifestations furent suivis de répressions policières, en mai et juin 1968, on comptera au moins 7 morts, plus de 2 000 blessés et des centaines d'arrestations.

Le "Mai français" est alors en alignement avec ce qui se passe dans les milieux étudiants et ouvriers d'un grand nombre de pays, en Allemagne, aux Etats-Unis, au Mexique, au Japon, au Brésil, en Tchécoslovaquie ou encore en Chine.

La cause étudiante attira la sympathie. Les ouvriers, d'abord hostiles au mouvement étudiant, se mirent en marche le 13 mai 1968 avec la plus importante grève générale du XXe siècle qui paralysera le pays pendant des semaines, dépassant celle de 1936 lors du Front populaire.

Au-delà des revendications matérielles ou salariales, il y a la remise en cause du régime gaullien installé depuis 1958. Et pour De Gaulle, cette crise, c'est d'abord "la chienlit"...

Les ouvriers finiront par obtenir une augmentation du salaire moyen de 35 %, et de 10 % pour les salaires réels, le paiement des jours de grève à 50 %, la création d'une section syndicale d'entreprise... Ce sont les accords de Grenelle, rejetés par la base, jamais signés, mais appliqués par la suite par les gouvernements.

Le basculement du mouvement aura lieu juste après, avec la reprise en main politique du général De Gaulle qui annonce la dissolution de l'Assemblée nationale le 29 mai et des élections anticipées pour le 30 juin 1968, sur une proposition du Premier ministre d'alors George Pompidou qui deviendra au final le vrai vainqueur politique de ces événements.

Avec le recul, certains évoquent une révolution manquée mais des réformes réussies...

De cette période, restent certaines figurent marquantes comme Daniel Cohn-Bendit, manifestant étudiant de la première heure qui s'exprimaient le 27 mai 1968 depuis l'université de Francfort après son expulsion de France :

"Je ne pense pas que ce mouvement se terminera par ce que nous voulons, une nouvelle société basée sur des conseils de travailleurs, vous savez. Je sais que ce n'est pas le moment, mais je pense qu'une chose importante et fantastique se passe en France, les gens ont appris qu'ils pouvaient changer les choses s'ils descendaient dans la rue et occupaient les entreprises. C'est important."