DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Libanais boudent les urnes aux législatives

Vous lisez:

Les Libanais boudent les urnes aux législatives

Taille du texte Aa Aa

C'étaient les premières législatives au Liban depuis neuf ans et pourtant le scrutin n'a pas rencontré un franc succès. Une heure avant la fermeture des bureaux de vote, la participation s'élevait à moins de 47 %. Un score révélateur de la désillusion économique et politique des Libanais.

Le Premier ministre sunnite Saad Hariri, soutenu par l'Arabie saoudite, devrait conserver son poste, même si son parti risque de perdre des sièges. "Quand nous voyons ce qui se passe dans les pays alentour, le fait que le Liban tienne des élections démocratiques montre que notre pays se porte plutôt bien" a-t-il estimé à la sortie de son bureau de vote.

Sans coalition unie face à lui, le Hezbollah chiite, allié de Damas et Téhéran, devrait tirer profit du nouveau mode de scrutin proportionnel. "C'est une grande chance pour tous les Libanais de voter à la proportionnelle, ce qui donne à chaque groupe le droit et la possibilité d'être représenté au Parlement" a déclaré Cheikh Naïm Kassem, le secrétaire général adjoint de l'organisation.

Devant le faible enthousiasme des Libanais, le président Michel Aoun s'est adressé à eux dans un discours télévisé, une heure avant la fin du scrutin, pour les convaincre d'aller voter.

Outre l'imbroglio politique régional, les prochains députés devront se pencher sur des questions très concrètes comme les coupures d'électricité quotidiennes, les pénuries d'eau ou la crise de gestion des déchets ménagers.