DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le foot et la foi: Oscar Ewolo, pasteur et "foot de Dieu"

Vous lisez:

Le foot et la foi: Oscar Ewolo, pasteur et "foot de Dieu"

Le foot et la foi: Oscar Ewolo, pasteur et "foot de Dieu"
Taille du texte Aa Aa
Comme tous les dimanches, pendant une heure trente, l'ancien joueur de Lorient Oscar Ewolo harangue, encourage, gesticule, se déplace de long en large, transpire, donne tout. Ce n'est plus sur un terrain comme footballeur professionnel qu'il exerce, mais désormais dans son église évangélique où il prêche en tant que pasteur. De l'extérieur, cet ancien local industriel ressemble aux bâtiments voisins dans ce quartier populaire à l'est de Lorient, sur la rive droite du Scorff, si ce n'est la pancarte bleue qui dit en caractères dorés "Centre chrétien Christ refuge pour tous": le mouvement fondé par l'ancien milieu de terrain d'Amiens, Lorient, Brest, et Laval. Tous les dimanches à 14h, seuls ou en famille, jeunes ou moins jeunes, sur leur 31 ou dans leurs habits de tous les jours, les fidèles s'y pressent pour trois heures de culte, parfois plus. On vient y prier, chanter en tapant dans ses mains avec une chorale sur des airs gospel. Lors des lectures ou du sermon, des "amen" et des "hallelujah" jaillissent marquant l'assentiment du public. Mais surtout, on vient écouter "l'apôtre" Oscar Ewolo, 39 ans. - Fini le rap - En costume-cravate, il arpente l'estrade délivrant des prêches toniques presque sans note, avec l'aisance de celui qui a trouvé sa voie il y a longtemps, à 19 ans, quand il était encore stagiaire pro. Après la conversion de sa mère, "on m'a donné une Bible, j'ai commencé à la lire, et à partir de là j'ai fait la démarche d'aller à une église. C'était une démarche personnelle et j'ai été touché, j'ai fait une expérience surnaturelle qui m'a poussé à m'accrocher jusqu'à aujourd'hui et être attaché au Seigneur". Une conversion aussi soudaine que radicale. "Ce que j'ai expérimenté était si profond que tout de suite j'ai commencé à en parler autour de moi. De l'entraîneur, au président, aux joueurs, tout le monde était au courant", se souvient-il. Fini les grossièretés, fini le rap ou la danse... Le changement détone. "Les gens qui me connaissaient se disaient que dans quelques mois, ce serait passé, alors que aujourd'hui je suis encore là", sourit-il. Dans le milieu du foot, comme dans la vie, "il y a les sceptiques, ceux qui s'opposent, ceux qui sont très contents aussi parce qu'ils s'identifient à cette joie. Mais en majorité c'était un regard positif", assure le pasteur. Leader sur le terrain, le milieu défensif le devient dans le vestiaire et en dehors. Ses deux vocations se confondent. "Il y a beaucoup de similitudes. Milieu de terrain, c'est un travail de l'ombre mais c'est un poste déterminant. Je courais beaucoup, je devais récupérer les ballons, replacer. J'étais tout le temps en train de parler, je faisais un travail de motivation aussi. Ces choses-là, je les retrouve dans ma confession de foi", résume-t-il. - Une carrière guidée par Dieu - De nombreux coéquipiers et même des adversaires se tournent vers lui pour prier ensemble: Bruno Grougi et Nolan Roux à Brest, André-Pierre Gignac à Lorient... Parfois, il les emmène dans des virées nocturnes d'un autre type: pour distribuer à des SDF des plateaux-repas non consommés dans l'avion de retour d'un match. Aujourd'hui encore, retiré des terrains depuis 2013, il prie régulièrement avec d'autres joueurs, parfois par téléphone. Dès "2009 ou 2010, j'ai commencé à exercer en tant que pasteur. Je pensais finir ma carrière dans le football avant de commencer le ministère pastoral, mais j'ai été un peu pris à contre-pied", admet-il. Dieu et le foot n'ont pas toujours bien cohabité. Mais à chaque fois le premier l'a emporté. "J'ai constamment fait mes choix en fonction de mon ministère. Les gens ne me comprenaient pas, même mon agent. Il s'arrachait les cheveux", comme lorsqu'il refuse une offre du Qatar de 2 millions d'euros sur 2 ans. "Je sais que ce n'est pas l'argent qui rend les gens heureux, pour l'avoir vu dans ma carrière. J'en ai vu (des joueurs) se perdre, se casser les dents", témoigne-t-il. "Mais est ce que le système permet aux joueurs de rester lucide ?", poursuit le pasteur qui rêve de créer une structure pour prodiguer aux jeunes des "conseils sportifs, mais aussi des valeurs de vie".
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.