DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Espagne: Rajoy écarte toute démission

Vous lisez:

Espagne: Rajoy écarte toute démission

Espagne: Rajoy écarte toute démission
Taille du texte Aa Aa
Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, affaibli par un scandale de corruption, a assuré mercredi à deux jours du vote d'une motion de censure de l'opposition qu'il n'avait aucune intention de démissionner. Interrogé lors des questions au gouvernement par un député lui demandant s'il allait démissionner, M. Rajoy a répondu que son "intention" était "de remplir le mandat conféré par les Espagnols", soit jusqu'à la fin de la législature en 2020. "J'ai un mandat des citoyens qui ont donné à mon parti plus de cinquante sièges de plus que le deuxième parti" du pays, le Parti socialiste (PSOE), a-t-il ajouté. Affaibli par la condamnation de son Parti populaire (PP) dans un méga-procès pour corruption pour avoir bénéficié de fonds obtenus illégalement, Rajoy fait face à une motion de censure déposée par le PSOE et qui doit être votée vendredi sans certitude de réussite. Il est pressé de démissionner par ses anciens alliés du parti libéral Ciudadanos, qui refusent de soutenir la motion du PSOE mais réclament de nouvelles élections alors qu'ils ont le vent en poupe dans les sondages. "La sentence ne condamne pas le gouvernement espagnol, la sentence ne condamne pas le PP", a répété M. Rajoy en soulignant que son parti avait été seulement condamné au civil comme bénéficiaire de ces fonds et non au pénal. "Torquemada (grande figure de l'Inquisition en Espagne) est de retour", a-t-il encore martelé. Répondant aux invectives des socialistes estimant qu'il n'avait plus de "crédibilité", le chef du gouvernement les a accusés en retour de "chantage". Ou le PSOE fera adopter sa motion par les participants d'un futur "gouvernement Frankestein" incluant la gauche radicale de Podemos, les indépendantistes catalans et les nationalistes basques, ou il sera appuyé par Ciudadanos pour convoquer de nouvelles élections, a souligné M. Rajoy. "Ils vous font à tous du chantage. Nous verrons qui accepte le chantage", a-t-il lancé à l'adresse des députés.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.