DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Journée de Jérusalem": les Iraniens manifestent en soutien aux Palestiniens

Vous lisez:

"Journée de Jérusalem": les Iraniens manifestent en soutien aux Palestiniens

"Journée de Jérusalem": les Iraniens manifestent en soutien aux Palestiniens
Taille du texte Aa Aa
Des milliers d'Iraniens ont manifesté vendredi pour la traditionnelle "Journée de Jérusalem" en soutien aux Palestiniens, sur fond de crise cette année sur le dossier nucléaire provoquée par les Etats-Unis et leur allié israélien. "Les Etats-Unis, l'Arabie saoudite et Israël veulent acculer l'Iran, mais ils ne savent pas qu'en agissant ainsi ils mettent en danger leur propre sécurité", a averti le chef du Parlement Ali Larijani devant la foule à Téhéran. Dans la capitale et dans d'autres villes d'Iran, les manifestants ont crié les habituels slogans "Mort à Israël" et "Mort à l'Amérique" et brûlé les drapeaux des deux pays. A Téhéran, des manifestants ont aussi brûlé une effigie du président américain Donald Trump couverte du drapeau israélien. La "Journée d'Al-Qods" (Jérusalem en arabe) est marquée tous les ans depuis la révolution islamique de 1979 en Iran, lors du dernier vendredi du ramadan, le mois de jeûne musulman. Cette année, elle est célébrée en pleine crise sur le dossier du nucléaire iranien après la décision des Etats-Unis de se retirer de l'accord de 2015 et de rétablir des sanctions contre Téhéran. Ces annonces ont été saluées par Israël, ennemi juré de l'Iran, et l'Arabie saoudite, son rival régional. L'accord de 2015 a permis de réintégrer l'Iran dans le concert des nations en permettant une levée partielle des sanctions internationales qui asphyxiaient son économie. En échange, Téhéran a accepté de brider pour plusieurs années son programme nucléaire afin d'apporter l'assurance que celui-ci n'a aucune visée militaire. Alors que les Européens tentent de sauver l'accord, le guide suprême Ali Khamenei et divers dirigeants iraniens ont prévenu que leur pays pourrait quitter l'accord s'il n'y trouve plus son compte, notamment en matière de retombées économiques. Faisant monter la pression, Téhéran a annoncé en début de semaine la mise en route d'un plan visant à augmenter sa capacité à enrichir l'uranium. "Le guide suprême nous a dit de venir en grand nombre pour montrer au monde que les actions des Etats-Unis et d'Israël n'auront aucun effet sur notre peuple", a dit Hassan Dorabi, un enseignant de 30 ans qui participait à la manifestation à Téhéran. Plus loin, des enfants lançaient des fléchettes sur des portraits du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et celui du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. "Nous voulons que tous vivent en paix. Nous ne voulons pas qu'un Etat attaque l'autre, nous ne sommes pas des animaux (...) Mais aujourd'hui Israël veut détruire les pays autour de lui", a dit Afateh Salehi, un employé de l'armée âgé de 58 ans, lui aussi présent à la manifestation.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.