DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Aquarius: l'odyssée de 629 migrants face au bras de fer européen

Vous lisez:

L'Aquarius: l'odyssée de 629 migrants face au bras de fer européen

L'Aquarius: l'odyssée de 629 migrants face au bras de fer européen
Taille du texte Aa Aa
De leur sauvetage en Méditerranée à la crise diplomatique entre Paris et Rome, l'odyssée des 629 migrants de l'Aquarius, refusés par l'Italie et Malte, ignorés par la France, et finalement arrivés dimanche en Espagne. - Le sauvetage - 9-10 juin: dans la nuit de samedi à dimanche, l'ONG française "SOS Méditerranée" recueille 629 migrants sur son bateau l'Aquarius au cours de six opérations de sauvetage délicates. A son bord, sept femmes enceintes, 11 enfants en bas âge et 123 mineurs isolés. Le bateau, à l'arrêt entre Malte et l'Italie, attend des instructions pour pouvoir débarquer dans "un port sûr". - Bras de fer Malte-Italie - 10 juin: les autorités italiennes annoncent la fermeture de ses ports, une décision sans précédent qui émane du tout nouveau ministre de l'Intérieur d'extrême-droite Matteo Salvini. Naples et Palerme affirment toutefois être prêts à accueillir l'Aquarius si le gouvernement l'autorisait. Malte confirme dimanche soir son refus de voir débarquer le bateau sur ses côtes après un communiqué italien lui enjoignant de le faire. L'Organisation internationale pour les migrations alerte sur la "situation très vulnérable des migrants". - La solution espagnole - 11 juin: l'Italien Matteo Salvini n'entend pas plier. "Sauver des vies est un devoir, transformer l'Italie en un énorme camp de réfugiés, non. L’Italie en a fini de courber l'échine et d'obéir, cette fois IL Y A QUELQU'UN QUI DIT NON", tweete-t-il, en utilisant l'hashtag #fermonslesports. La Commission européenne avance son incompétence en matière de sauvetages en mer mais exige un "règlement rapide"; l'Allemagne en appelle au devoir "humanitaire". Après deux jours d'impasse, le tout nouveau président du gouvernement espagnol, le social-démocrate Pedro Sanchez, propose le port de Valence à l'Aquarius. Dans un premier temps le bateau refuse d'entreprendre un voyage de quatre jours vers l'Espagne, à cause d'un manque d'essence, de vivres et des conditions climatiques mauvaises. Matteo Salvini crie "VICTOIRE" sur Twitter. - La France botte en touche - 12 juin: "en raison du caractère trop éloigné du port de Valence", le président de l'exécutif corse Gilles Simeoni propose d'accueillir le navire sur l'île française "le temps que la situation se régularise". Le geste du nationaliste irrite Paris resté muet jusque-là. L'Italie décide de dépêcher deux navires pour transborder des rescapés et faire route avec l'Aquarius vers Valence. Des vivres sont acheminées à bord par Malte et l'Italie. Le convoi se dirige vers l'Espagne. Critiqué pour son inaction, le président français Emmanuel Macron dénonce la "part de cynisme et d'irresponsabilité du gouvernement italien" et souligne "qu'en cas de détresse, (c'est) la côte la plus proche qui assume la responsabilité de l'accueil". Rome refuse les "leçons hypocrites" de Paris ou de "pays ayant préféré détourner la tête" du problème migratoire. - Le ton monte entre Rome et Paris - 13 juin: l'Italie convoque l'ambassadeur de France à Rome. Matteo Salvini rappelle que la France s'était engagée à accueillir "9.816 migrants" arrivés ces dernières années en Italie mais n'en a accueilli que 640. Exigeant des "excuses officielles" de la France, il menace d'annuler une rencontre prévue le 15 entre Emmanuel Macron et le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte en vue d'un Conseil européen les 28 et 29 juin. 14 juin: la France est prête à accueillir des migrants "qui répondraient aux critères du droit d’asile" après examen de leur situation sur place par des agents français, fait savoir Paris à Madrid. - Arrivée à Valence - Le président Macron assure n'avoir tenu "aucun propos visant à offenser l'Italie et le peuple italien", et Rome et Paris conviennent qu'il est nécessaire de "discuter ensemble" et se verront comme convenu le lendemain. 15 juin: l'Aquarius, dont 500 passagers ont été transférés la veille sur deux navires de la marine italienne, est ravitaillé en mer entre Corse et Sardaigne par les garde-côtes italiens. 16 juin: l'Espagne annonce qu'elle accepte l'offre de la France d'accueillir une partie des migrants de l'Aquarius. 17 juin: l'Aquarius entre dans le port de Valence avec une partie des 630 migrants sauvés au large de la Libye. L'autre partie est arrivée dès l'aube avec le navire des garde-côtes italiens Dattilo.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.