DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Armes chimiques: la Russie "ne reconnaît pas" le renforcement de l'OIAC

Vous lisez:

Armes chimiques: la Russie "ne reconnaît pas" le renforcement de l'OIAC

Armes chimiques: la Russie "ne reconnaît pas" le renforcement de l'OIAC
Taille du texte Aa Aa
La Russie "ne reconnaît pas" le renforcement de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), désormais habilitée à désigner les utilisateurs de ces armes en Syrie, a affirmé jeudi un haut diplomate russe, s'interrogeant sur l'avenir de la Convention internationale la régissant. "Bien entendu, nous ne reconnaissons pas comme légitimes les activités de ce nouveau soi-disant mécanisme d'arbitrage", a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Riabkov aux agences de presse russes. Lors d'un vote à huis clos à La Haye où siège l'OIAC, 82 pays ont voté en faveur d'une résolution avancée par le Royaume-Uni avec le soutien de la France et des États-Unis notamment, et 24 s'y sont opposés. Suspectée d'avoir récemment employé des substances toxiques, ce qu'elle dément, la Syrie y était particulièrement hostile. Son alliée la Russie, présente militairement en Syrie depuis septembre 2015 et accusée d'avoir empoisonné un ex-agent double russe en Angleterre, ce que le Kremlin réfute résolument, s'opposait également à cette résolution. Ce vote "porte un très grave coup à la convention et à l'OIAC", a ainsi dénoncé M. Riabkov, prédisant de "difficiles conséquences". "Les perspectives et le futur de cette convention deviennent très flous", a ajouté M. Riabkov, chargé de la non-prolifération des armes à destruction massive. "Et nous allons tirer de sérieuses conclusions de ce qui a eu lieu", a-t-il ajouté. Après le vote, l'ambassadeur à La Haye, Alexandre Choulguine a comparé l'OIAC au Titanic "en train de couler". Interrogé sur la possibilité que son pays se retire de l'organisation, il a répondu que "toutes les options sont sur la table". Pour Moscou, l'OIAC est une organisation "purement technique" qui ne peut se substituer au Conseil de sécurité de l'ONU. "La bonne question est de savoir où et qui devrait s'occuper des attributions (des attaques). Dans notre esprit, il n'y a pas d'autre organisme international (légitime à le faire) que le Conseil de sécurité de l'ONU", a déclaré M. Choulguine. L'OIAC doit très prochainement dévoiler un rapport sur l'attaque présumée au sarin et au chlore du 7 avril à Douma, près de Damas. A plusieurs reprises, Moscou a assuré que l'attaque de Douma a été mise en scène par les sauveteurs volontaires syriens, connus sous le nom de Casques blancs.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.