DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Golf: les cadors en répétition sur le parcours de la Ryder Cup pour l'Open de France

Vous lisez:

Golf: les cadors en répétition sur le parcours de la Ryder Cup pour l'Open de France

Golf: les cadors en répétition sur le parcours de la Ryder Cup pour l'Open de France
Taille du texte Aa Aa
Justin Thomas, Jon Rahm, Tommy Fleetwood et Sergio Garcia: plusieurs cadors américains et européens du golf participent de jeudi à dimanche à l'Open de France, répétition générale sur le parcours sur lequel se disputera la Ryder Cup fin septembre. La 42e édition du prestigieux tournoi, qui oppose tous les deux ans l'Europe aux Etats-Unis, se tient pour la première fois dans l'Hexagone, sur le parcours de l'Albatros du Golf national de Saint-Quentin-en-Yvelines, en région parisienne, du 28 au 30 septembre. Le tournoi, qui compte parmi les plus renommés du Tour européen (EPGA), a logiquement attiré un plateau inhabituellement relevé, avec pas moins de trois joueurs du top 10 mondial: l'Américain Justin Thomas, N.2, l'Espagnol Jon Rahm, N.5, et l'Anglais Tommy Fleetwood, N.10 et tenant du titre. "J'ai bien sûr une motivation supplémentaire avec la Ryder Cup ici dans trois mois", reconnaît Thomas, qui a choisi de découvrir le parcours en jouant cette semaine plutôt qu'en repérages avec l'équipe américaine début juillet. L'Espagnol Sergio Garcia, 19e joueur mondial et vainqueur notamment du Masters d'Augusta en 2017, est lui aussi engagé pour la première fois, avant ce qui devrait être sa neuvième Ryder Cup consécutive. Côté français, le N.1 tricolore et 59e golfeur mondial Alexander Levy emmène un large contingent, composé notamment de Mike Lorenzo-Vera, Matthieu Pavon, Grégory Bourdy, Benjamin Hébert, Romain Wattel, Grégory Havret et Raphaël Jacquelin. Les deux derniers se montreront d'autant plus attentifs qu'ils ont été choisis pour assister le capitaine européen Thomas Björn lors de la Ryder Cup. - Levy: "monter à cent pour cent" - Contrairement aux cadors quasiment assurés de participer à l'événement, Levy doit impérativement être performant pour maintenir en vie ses espoirs de qualification, après "un petit coup de moins bien" qui l'a vu manquer le cut à l'US Open il y a quinze jours. "Aujourd'hui, j'ai zéro pour cent de chance d'y participer, admet le 16e joueur au classement qualificatif européen et 20e au classement qualificatif mondial (seules les quatre premières positions de chacun assurant une place dans l'équipe européenne, ndlr). J'ai deux mois pour monter à cent pour cent." Comme depuis fin mai et jusqu'à la clôture des classements le 2 septembre, les points glanés cette semaine - sous un soleil de plomb après une édition 2017 perturbée par la pluie - seront multipliés par 1,5. Un bonus dont sont également avides le Suédois Alex Noren, les Anglais Tyrrell Hatton, Ian Poulter et Matthew Fitzpatrick ou encore l'Espagnol Rafael Cabrera-Bello. Les résultats du tournoi auront par contre peu d'influence sur le choix des quatre +wilcards+ invités par Björn à compléter son effectif. "Bien jouer ici et maintenant ne veut pas dire que vous jouerez bien ici à l'avenir, explique le Danois. Quelqu'un qui joue bien fin juin ne jouera pas forcément bien fin septembre. Ce qui m'importe est la forme du moment." Côté coulisses, il se murmure que le sponsor titre, le conglomérat chinois HNA, fortement endetté, cherche à se désengager avant l'édition 2019. Ce retrait pourrait remettre en cause le statut de Rolex Series de l'Open de France, que la dotation de 7 millions de dollars amenée par HNA depuis l'an dernier a permis au plus vieux tournoi d'Europe continentale d'acquérir. Pour mémoire, le dernier succès d'un Français à l'Open de France remonte à 2011 avec Thomas Levet, premier tricolore vainqueur de la Ryder Cup en 2004.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.