DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mondial: des centaines de personnes fêtent la "demie" des Bleus sur les Champs-Elysées

Vous lisez:

Mondial: des centaines de personnes fêtent la "demie" des Bleus sur les Champs-Elysées

Mondial: des centaines de personnes fêtent la "demie" des Bleus sur les Champs-Elysées
Taille du texte Aa Aa
Plusieurs centaines de piétons et automobilistes brandissant des drapeaux bleu-blanc-rouge ont fêté vendredi après-midi sur les Champs-Élysées à Paris la qualification de l’équipe de France pour les demi-finales du Mondial-2018. Dès le coup de sifflet final de la victoire des "Bleus" sur l'Uruguay (2-0) en quart de finale, un concert de klaxons a retenti et les supporters français ont commencé à affluer au milieu des touristes sur la plus célèbre avenue de la capitale, a constaté une journaliste de l'AFP. "On est en demi, on est en demi !", "Qui ne saute pas n'est pas Français !", "Aux armes, nous sommes les Français et nous allons gagner", scandent-ils, pour beaucoup des jeunes, parfois des enfants portés par leurs parents, vêtus de maillots à l'effigie notamment du n°10 français et grand espoir Kylian Mbappé. Les voitures défilent, klaxons en continu, notamment sur le rond-point de l'Arc de Triomphe, et les motos font rugir leur moteur aux feux rouges. Certains passagers agitent des drapeaux aux fenêtres en poussant des cris de joie, sous les applaudissements des autres supporteurs ou touristes. Sur les trottoirs, quelques fumigènes et pétards sont allumés, des bouteilles de champagne ouvertes. "C'est le plus beau jour de ma vie, on vient d'avoir notre bac aujourd'hui et en plus on a gagné le match !", se réjouit Marie, 18 ans, venue sur les "Champs" après avoir regardé le match avec ses copines dans un bar parisien. Vuvuzela, drapeaux français sur les épaules et visage maquillé bleu blanc rouge, Noah, 16 ans et qui habite Anthony, savoure lui aussi la victoire. Avec cinq de ses copains, il sont venus regarder spécialement le match dans un bar à côté de l'avenue pour venir y fêter la qualification. "On peut pas être plus heureux. On est comme des fous. La finale, on va la gagner c'est sûr !", lance-t-il en sautant. "C'est notre coupe, elle est pour nous", abonde Anthony, un intérimaire parisien de 21 ans, en brandissant "la coupe du monde 2018", qu'il a fabriquée lui-même avec une bouteille en plastique, du papier journal, du scotch et de la peinture dorée. Fabrice Touillaud, 49 ans et son fils Alexis sont venus en moto depuis Sèvres, dans la banlieue sud-ouest de Paris, où ils ont regardé le match en famille. "On a fait quatre fois l'avenue en brandissant le drapeau français", raconte le père qui porte le maillot de Zinédine Zidane de 98, "le meilleur joueur de tout les temps, sans aucun doute". Son fils, un étudiant de 21 ans, qui avait deux ans lorsque la France a remporté la Coupe du monde de football, préfère lui Mbappé: "Il nous fait rêver, il va nous emmener en finale". Un centaine de personnes se sont massées sous l'Arc de Triomphe, avant d'être dispersés par les CRS vers 20h, alors que le rassemblement semblait toucher à sa fin. Certains parmi la trentaine de fourgons de CRS stationné sur l'avenue avaient des drapeaux français accrochés aux pare-brise. Vainqueurs de l'Uruguay (2-0), les Français affronteront en demi-finale mardi le vainqueur du quart Brésil-Belgique disputé ce vendredi soir.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.