DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Erythrée et l'Ethiopie annoncent ne plus être en guerre

Vous lisez:

L'Erythrée et l'Ethiopie annoncent ne plus être en guerre

L'Erythrée et l'Ethiopie annoncent ne plus être en guerre
Taille du texte Aa Aa
Au lendemain d'un sommet historique de leurs dirigeants, l’Érythrée et l’Éthiopie ont signé lundi à Asmara une déclaration formalisant leur rapprochement et mettant fin à vingt ans d'état de guerre. Le président érythréen Issaias Afeworki et le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, ont signé une "déclaration conjointe de paix et d'amitié", a annoncé le ministre érythréen de l'Information, Yemane Gebremeskel. "L'état de guerre qui existait entre les deux pays est arrivé à sa fin. Une nouvelle ère de paix et d'amitié s'ouvre", selon ce texte. "Les deux pays œuvreront à promouvoir une étroite coopération, dans les secteurs de la politique, de l'économie, du social, de la culture et de la sécurité". Le document confirme la reprise du commerce, des transports et des télécommunications, le rétablissement des relations diplomatiques et la mise en œuvre des décisions internationales sur la frontière commune. Le chef de cabinet de M. Abiy, Fitsum Arega, a ensuite indiqué sur Twitter que l’Éthiopie avait formellement demandé au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, en visite lundi à Addis Abeba, que soient levées les sanctions de l'ONU à l'encontre de l’Érythrée. Ces sanctions avaient été adoptées en 2009 en raison notamment du soutien présumé d'Asmara aux islamistes somaliens shebab. Elles imposent notamment des gels d'avoirs et des interdictions de voyage à l'étranger pour des responsables politiques et militaires, ainsi qu'un embargo sur les armes. Le ministre éthiopien des Affaires étrangères, Workneh Gebeyehu, a annoncé la création d'une commission conjointe sous la supervision des deux chefs de la diplomatie, chargée d'établir un "calendrier tangible" des réformes. Cette commission chapeautera "des sous-comités qui vont définir dans le détail quand et comment chaque problématique sera mise en œuvre". La première mesure prise est le rétablissement des lignes téléphoniques entre les deux pays, qui a fait le bonheur dès dimanche des Éthiopiens. "Pas de mots! Je pleurais seul à la maison. Il y a beaucoup de gens qui sont morts en attendant ce jour. J'étais très ému", a raconté à l'AFP un créateur de produits âgé de 30 ans, qui a parlé au téléphone à son frère en Erythrée, qu'il n'a plus vu depuis 1998. Pour la première rencontre depuis vingt ans entre les deux plus hauts dirigeants érythréens et éthiopiens, la délégation éthiopienne avait reçu dimanche un accueil chaleureux à Asmara. - Accès à la mer - "Nous nous sommes mis d'accord pour la reprise du trafic aérien et naval, pour la circulation des personnes entre nos deux pays et la réouverture des ambassades", avait déclaré M. Abiy. "Nous abattrons le mur et, avec amour, nous bâtirons un pont entre les deux pays", avait ajouté avec lyrisme le jeune Premier ministre, 42 ans, qui depuis sa nomination en avril a amorcé ce rapprochement entre les deux anciens frères ennemis. Ethiopian Airlines devrait reprendre ses vols à destination d'Asmara dès la semaine prochaine, a rapporté lundi la radio-télévision Fana. Ce dégel a été lancé par l'annonce en juin par M. Abiy de la volonté de l’Éthiopie d'appliquer l'accord de paix signé en 2000 à Alger avec l'Érythrée et les conclusions de la commission internationale indépendante sur la démarcation de la frontière. L'Éthiopie et l'Érythrée se sont livré de 1998 à 2000 à une guerre conventionnelle, avec chars d'assaut et tranchées, qui a fait quelque 80.000 morts, notamment en raison d'un désaccord sur leur frontière commune. Le refus éthiopien d'appliquer une décision en 2002 d'une commission soutenue par l'ONU sur le tracé de la frontière a entretenu une longue animosité entre les deux pays. Le rétablissement des liens diplomatiques et commerciaux après des années d'hostilité pourraient profiter aux deux voisins et à toute la Corne de l'Afrique, rongée par les conflits et la pauvreté. La normalisation contribuera à réaliser "notre aspiration pour la paix et l'intégration économique de notre région et du continent africain", a salué l'organisation régionale Igad (Autorité intergouvernementale pour le développement). Autrefois façade maritime de l'Éthiopie avec les ports de Massawa et d'Assab, l'Érythrée a déclaré son indépendance en 1993 après avoir chassé les troupes éthiopiennes de son territoire en 1991 au terme de trois décennies de guerre. L'indépendance de l’Érythrée a privé l’Éthiopie de tout accès à la mer et l'a forcée à s'appuyer presque exclusivement sur Djibouti pour son commerce maritime. L'accès de l’Éthiopie, deuxième pays le plus peuplé d'Afrique, aux ports érythréens devrait stimuler l'économie des deux pays, tout en menaçant l'hégémonie de Djibouti. La liberté de mouvement des deux côtés de la frontière permettra la réunion de deux peuples, liés par une histoire, une langue et une ethnicité communes, et de familles séparées depuis plus de 20 ans.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.