DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Lloris: "Il nous reste le match le plus important de notre carrière"

Vous lisez:

Lloris: "Il nous reste le match le plus important de notre carrière"

Lloris: "Il nous reste le match le plus important de notre carrière"
Taille du texte Aa Aa
"Il reste encore un match, certainement le plus important de notre carrière", a souligné le capitaine et gardien de l'équipe de France Hugo Lloris, mardi soir après la victoire contre la Belgique (1-0) en demi-finale du Mondial-2018. Q: Que retenez-vous de cette demi-finale ? R: "C'est fantastique, mais le plus dur reste à faire, il reste encore une étape. Il ne faut pas céder à l'euphorie. Ceux qui étaient à l'Euro-2016 auront leur mot à dire. Les jeunes sont réceptifs, c'est important. On a cette expérience de cette mésaventure, on va essayer de mettre tous les ingrédients de notre côté pour gagner cette Coupe du monde". Q: Quel rôle a joué Didier Deschamps dans votre parcours ? R: "Il mérite tout le crédit, c'est lui qui élabore les plans de jeu. Aujourd'hui, cette victoire c'est vraiment la sienne même si les joueurs ont fait ce qu'il fallait sur le terrain. On a fait ce qu'il nous demandait, éviter de leur donner des espaces. On a défendu relativement bas, mais ça nous a servi. On avait dit avant la compétition que si la France voulait réaliser de grandes choses, il fallait s'appuyer sur un bloc défensif. C'est le cas jusqu'à présent, mais le bilan on le fera à la fin. Il faut savourer parce que c'est une grande victoire mais il reste encore un match, certainement le plus important de notre carrière". Q: N'est-ce pas frustrant ce style de jeu si défensif ? R: "Eux aussi, ils ont défendu très bas. C'est normal, des deux côtés il y avait des joueurs très rapides, très percutants. Pour bien défendre face à une telle équipe, il faut défendre bas. Il y avait un plan de jeu, on l'a respecté. Tout le crédit revient au sélectionneur. Dans le football, il n'y a pas une seule manière de jouer, je suis bien placé pour le savoir. A Tottenham (son club, ndlr), on a eu une culture offensive qui laisse beaucoup d'espaces dans le dos et qui demande de jouer autrement. Il n'y a pas de vérités dans le football, la seule vérité, c'est celle du résultat. Après, il faut toujours un peu de réussite. La Belgique, c'était l'équipe la plus complète, ils savent tout faire. On a peut-être beaucoup défendu, mais il fallait le faire, parce que c'était peut-être la meilleure manière pour les battre". Propos recueillis en zone mixte
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.