DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Portugal autorise le changement de genre sans diagnostic médical, dès 16 ans

Vous lisez:

Le Portugal autorise le changement de genre sans diagnostic médical, dès 16 ans

Le Portugal autorise le changement de genre sans diagnostic médical, dès 16 ans
Taille du texte Aa Aa
Les Portugais pourront changer de genre à l'état civil sans faire l'objet d'un diagnostic médical de perturbation de l'identité, et ce à partir de l'âge de 16 ans, selon une loi approuvée jeudi par la majorité de gauche au Parlement. Après le Danemark, Malte, la Suède, l'Irlande et la Norvège, le Portugal est donc en passe de devenir "le 6e pays européen à accorder le droit à l'autodétermination de l'identité des personnes transgenres (...) sans la tutelle d'un tiers et sans un diagnostic de perturbation de l'identité", s'est félicité la député Sandra Cunha, du Bloc de gauche (extrême gauche). "Personne n'a besoin d'un tiers pour savoir s'il est un homme ou une femme, un garçon ou une fille", a-t-elle fait valoir, lors du débat parlementaire précédant le vote. Le changement de genre et de nom restera totalement indépendant d'une éventuelle opération de changement de sexe. La loi en vigueur depuis 2011 exigeait des personnes transgenres un diagnostic médical établissant une dysphorie du genre (quand le genre ressenti ne correspond pas au sexe biologique). La nouvelle loi doit maintenant être promulguée par le président de la république, le conservateur Marcelo Rebelo de Sousa, qui avait mis son véto à une première version du texte adoptée par le Parlement à la mi-avril. Le chef de l'Etat avait alors souhaité que l’exigence d'un rapport médical soit maintenue pour les cas concernant des mineurs âgés de 16 à 18 ans, afin d'obtenir des garanties sur la fermeté de leur décision. M. Rebelo de Sousa s'était néanmoins montré favorable au principe de ne plus considérer l'identité trans-genre comme "une pathologie ou une situation mentale anormale". La partie de la loi concernant les mineurs a donc été amendée et prévoit la nécessité d'un rapport médical "qui atteste exclusivement de la capacité de décision et d'une volonté informée, sans référence à un diagnostic d'identité de genre". Par ailleurs, la loi adoptée jeudi interdit les interventions chirurgicales sur les bébés inter-sexes, qui naissent avec des organes reproducteurs masculins et féminins, afin que ces personnes puissent elles-mêmes choisir leur genre en grandissant.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.