DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tour de France: à l'attaque des Alpes

Vous lisez:

Tour de France: à l'attaque des Alpes

Tour de France: à l'attaque des Alpes
Taille du texte Aa Aa
Croix-Fry, Glières, Romme, Colombière: le Tour s'attaque aux premiers cols alpestres mardi, dans la 10e étape entre Annecy et Le Grand-Bornand (158,5 km). Des quatre principales difficultés, la montée, inédite, des Glières est la seule classée hors catégorie. Ses six kilomètres sont très pentus (11,2 %) et sont prolongés par un secteur empierré de deux kilomètres sur le plateau, une "première" dans les Tours contemporains. Le site historique, où a été érigé le monument national de la Résistance, rappelle le dur et meurtrier combat des maquisards pendant la Seconde guerre mondiale. Au col, il reste encore 88 kilomètres jusqu'à l'arrivée, avec une longue transition dans la vallée pour rejoindre les environs de Cluses et grimper le col de Romme, une ascension découverte tardivement par le Tour. La montée (8,8 km à 8,9 %) est classée en première catégorie. Elle sert, comme en 2009, de raide marche-pied à la partie finale de la Colombière (7,5 km à 8,5%) abordée après une courte descente. Le sommet est distant de 14,5 kilomètres, en descente, de l'arrivée au Grand-Bornand, ville-étape pour la 7e fois depuis 1995. Rui Costa est le dernier vainqueur d'étape dans la station de Haute-Savoie (2.200 habitants). En 2013, le Portugais s'était imposé, dans un final très différent, quelques semaines avant de devenir champion du monde. Départ d'Annecy à 13h15 (départ réel à 13h35), arrivée au Grand-Bornand vers 17h57 (prévision à 36 km/h de moyenne).
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.