DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Barrage L2/incidents: sanction alourdie pour l'entraîneur ajaccien Pantaloni

Vous lisez:

Barrage L2/incidents: sanction alourdie pour l'entraîneur ajaccien Pantaloni

Barrage L2/incidents: sanction alourdie pour l'entraîneur ajaccien Pantaloni
Taille du texte Aa Aa

Nouvelle décision et nouvelle sanction. L'entraîneur de l'AC Ajaccio Olivier Pantaloni a écopé lundi de deux rencontres de suspension supplémentaires après la procédure en appel du club corse dans le feuilleton lié aux incidents qui avaient émaillé le barrage d'accession à l'élite en mai.

La commission supérieure d'appel de la Fédération française de football a notifié l'AC Ajaccio lundi qu'outre le maintien du reste des sanctions (deux matches à huis clos, retrait d'un point avec sursis, suspension de joueur), celle du technicien corse (déjà sanctionné de quatre rencontres dont une avec sursis) était aggravée de deux matches, rapporte Corse-Matin.

Le match entre l'AC Ajaccio et Le Havre, prévu initialement le 18 mai, avait été reporté en raison du caillassage du bus des joueurs normands à proximité du stade François-Coty.

Disputé deux jours plus tard, ce barrage d'accession avait été marqué par cinq exclusions et une bagarre sur le terrain, tandis que les dirigeants normands étaient pris à partie dans les tribunes. Autant d'incidents qui avaient déclenché une polémique qui avait fait réagir jusqu'au Premier ministre Edouard Philippe, lui-même Havrais, qui s'était dit "consterné" par ces événements.

Après une série de condamnations et d'appels, ce nouvel épisode a outré le vice-président du club ajaccien, Alain Orsoni, qui a dénoncé auprès de Corse-Matin une "provocation pure et simple, une honte".

"Pour des dizaines de cas infiniment plus graves, les condamnations sont infiniment plus légères. Il faudra peut-être nous expliquer pourquoi en ce qui concerne la Corse, nous avons un statut très particulier", a ajouté le dirigeant qui a annoncé que le club allait saisir le Comité national olympique et sportif français et porter plainte au tribunal administratif.

Le bras de fer est loin d'être terminé.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.