DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Indignation en Ukraine après l'attaque d'une militante anticorruption à l'acide

Vous lisez:

Indignation en Ukraine après l'attaque d'une militante anticorruption à l'acide

Indignation en Ukraine après l'attaque d'une militante anticorruption à l'acide
Taille du texte Aa Aa

Plusieurs dizaines de personnes ont dénoncé mercredi à Kiev l'inaction des forces de l'ordre après l'attaque à l'acide contre une militante anticorruption, dernier épisode d'une série d'incidents visant des militants.

Les manifestants (représentants d'ONG, journalistes et un député) réunis devant le ministère de l'Intérieur ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "L'impunité tue" ou "Punir le mal".

Mardi à Kherson (sud), la militante et conseillère du maire Kateryna Gandziouk, qui dénonçait la corruption au sein de l'antenne régionale du ministère de l'Intérieur, a été attaquée par un inconnu qui a jeté sur elle près d'un litre d'acide sulfurique.

Elle a été hospitalisée avec des brûlures au torse, à un bras et à un oeil, a indiqué la police régionale citée par les médias.

La jeune femme se trouve dans un état "grave", les lésions couvrant plus de 30% de son corps, selon le site de la télévision 112 citant un médecin.

Les protestataires ont dénoncé l'inefficacité, voire un "sabotage", des forces de l'ordre dans les enquêtes sur les attaques visant des militants et journalistes en Ukraine, exigeant la destitution du ministre de l'Intérieur.

"Les enquêtes n'avancent pas", a lancé un des leaders de la manifestation, Vladyslav Greziev. "On dirait qu'elles (les forces de l'ordre, ndlr) tentent d'en cacher les résultats ou qu'il s'agit d'une incompétence absolue".

Plusieurs dizaines de militants pour les droits civiques, journalistes et vétérans ayant combattu contre les séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine ont été ces dernières années la cible d'agressions, voire de meurtres, selon les organisateurs de la manifestation.

Mardi déjà, un ancien combattant et militant a été tué par balles dans la région de Zaporijia (sud).

Parmi les cas plus retentissants figure l'assassinat d'un journaliste russo-bélarusse chevronné, Pavel Cheremet, tué il y a deux ans à Kiev, où il habitait, par l'explosion d'une bombe placée dans la voiture qu'il conduisait. Son meurtre n'est toujours pas élucidé.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.