Le port de Dublin à l'heure du Brexit : le retour des déclarations douanières

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Le port de Dublin à l'heure du Brexit : le retour des déclarations douanières
Tous droits réservés  Euronews   -  

Nous sommes ici au port de Dublin, le point d'entrée et de sortie numéro un pour tous les produits en provenance ou à destination du Vieux continent.

La sortie du Royaume-Uni du marché unique européen implique pour les routiers de nouveaux contrôles douaniers, tout particulièrement en ce qui concerne les produits issus de l'agriculture.

Hazel Sheridan, responsable des importations agricoles : "Les produits en provenance du Royaume-Uni seront soumis à deux types de contrôles : des contrôles douaniers systématiques, puis et pour certains produits contrôles sanitaires et phytosanitaires : ces contrôles-là concerneront les animaux, les végétaux, mais aussi la viande, le lait, les graines ou les embryons...c'est-à-dire des produits issus du vivant mais non destinés à la consommation."

Jusqu'ici, pour les entreprises de transport irlandaises, l'Angleterre était la route la plus pratique pour ses exportations à destinations des ports du continent comme Calais et Rotterdam.

Le port de Rosslare est à 200 kilomètres au sud de Dublin et avec le Brexit tout le monde s'attend à une très nette augmentation de ses activités.

De nouvelles routes et des parkings sont déjà en construction alors qu'un opérateur de ferry danois va lancer six allers-retours hebdomadaires vers Dunkerque. 

Glen Carr, responsable exécutif du port de Rosslare : "On a observé une nette augmentation des liaisons entre entre le port Rosslare et le continent européen. Rosslare est le port irlandais le plus proche du continent européen. A partir de janvier, nous allons augmenter la fréquence de nos liaisons et passer de cinq hebdomadaires à 14, puis à 15 à la fin du mois de mars."

La direction du port de Rosslare compte également profiter du Brexit pour relancer ses liaisons vers Cherbourg ou Bilbao.

Ken Murray, Euronews : "Plus de 100 millions d'euros ont été prévus pour construire ici dans les prochains mois de nouvelles infrastructures capables de faire face à l'augmentation du trafic. Le trafic des marchandises avec le continent européen sera plus compliqué pour les routiers qui vont devoir faire avec le Brexit et ses nouvelles conditions."