This content is not available in your region

Xiamora Castro, une femme bientôt présidente au Honduras

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Xiamora Castro au soir des premiers résultats de la présidentielle, Tegucigalpa, Honduras, 29 novembre 2021
Xiamora Castro au soir des premiers résultats de la présidentielle, Tegucigalpa, Honduras, 29 novembre 2021   -   Tous droits réservés  Moises Castillo/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Au Honduras, la candidate de gauche Xiomara Castro semble avoir remporté l'élection présidentielle de dimanche, bien qu'un peu plus de la moitié seulement des votes aient été comptabilisés. 

Son rival de droite, Nasry Asfura, du parti national au pouvoir, a déclaré qu'il avait personnellement félicité la candidate de gauche après avoir reconnu "son triomphe". 

Selon des résultats partiels portant sur 52,57% des bulletins, Xiamora Castro, 62 ans, du Parti Liberté et Refondation (Libre) obtient 53,41% des voix, loin devant Nasry Asfura (34,08%). 

Si ce résultat se confirme, Xiamora Castro deviendra la toute première femme présidente du pays d'Amérique centrale.

Dès dimanche soir, Xiomara Castro qui est aussi l'épouse de l'ancien président Manuel Zelaya renversé en 2009 par un coup d'Etat, avait revendiqué la victoire et promis de "former un gouvernement de réconciliation". 

Dans ce pays d'Amérique centrale de 10 millions d'habitants, en proie à la violence et à la pauvreté, la participation s'est établie à un niveau "historique" dépassant les 60%, selon le Conseil national électoral.

Mardi, dans une déclaration préliminaire, la mission d'observation de l'Union européenne a souligné que la "journée électorale avait été globalement calme et que la transmission des résultats s'est déroulée sans heurts jusqu'à présent"

**La victoire de Xiomara Castro apaise les craintes d'un nouveau vote contesté et de manifestations violentes dans le pays. **

Elle mettra fin à douze ans de règne du Parti national. Xiamora Castro succédera au président Juan Orlando Hernandez, qui termine son second mandat sur fond de soupçons de trafic de drogue.

En 2013, Juan Carlos Hernandez avait battu d'une courte tête Xiomara Castro et était ensuite passé outre la Constitution pour se présenter à un second mandat en 2017. Sa douteuse réélection sur le fil face à la star de la télévision Salvador Nasralla avait provoqué de violentes manifestations.

De multiples défis à relever

Xiamora Castro va devoir gouverner un pays meurtri par la violence des gangs, le trafic de drogue et les conséquences de deux ouragans dévastateurs qui ont ravagé en 2020 le pays où 59% de la population vit dans la pauvreté.

Chaque année, des dizaines de milliers de Honduriens tentent de rejoindre le million de leurs compatriotes ayant fui la violence et la misère, dans leur écrasante majorité aux Etats-Unis.

Le chômage a presque doublé en un an en raison notamment de la pandémie de coronavirus, passant de 5,7% en 2019 à 10,9% en 2020.

Avec un taux d'homicides de 37,6 pour 100 000 habitants en 2020, le Honduras est en outre un des pays les plus dangereux au monde (hors zones de conflit).

Sources additionnelles • AP, AFP