Covid-19 : la vaccination obligatoire, un "ultime recours" estime l'OMS en Europe

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Un infirmier prépare des vaccins contre le COVID-19 à l'hôpital CHR Citadelle à Liège, en février 2021.
Un infirmier prépare des vaccins contre le COVID-19 à l'hôpital CHR Citadelle à Liège, en février 2021.   -   Tous droits réservés  Francisco Seco/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Malgré la forte reprise de l'épidémie de Covid-19, la vaccination obligatoire doit rester un "ultime recours", c'est le message délivré par la branche Europe de l'Organisation mondiale de la santé.

La mesure déjà prise par l'Autriche, est envisagée par certains pays européens comme l'Allemagne. Mais selon l'OMS, "ce qui est acceptable dans une société n'est pas efficace ou acceptable dans une autre".

Les 5-14 ans, les "plus touchés"

"Les obligations de vacciner sont des mesures de dernier recours absolu. Elles ne sont applicables que lorsque toutes les options possibles pour augmenter le taux de vaccination ont été épuisées". "Il faut tenir compte des conséquences sur la confiance du grand public et sur l'acceptation de la vaccination" a souligné Hans Kluge, directeur de l'OMS Europe lors d'une conférence de presse.

L'OMS souligne aussi la nécessité de mieux protéger les enfants. En Europe, les cas augmentent dans toutes les catégories d'âge. Mais les taux les plus élevés s'observent chez les 5-14 ans" souligne l'organisation. "Il n'est pas rare aujourd'hui de voir des incidences deux à trois fois plus élevées chez les jeunes enfants que dans la population totale", a souligné M. Kluge.

"Dans le cadre des mesures de protection scolaire, la vaccination des plus jeunes enfants permet non seulement de réduire leur rôle dans la transmission du Covid-19, mais aussi de les protéger de la gravité pédiatrique, qu'elle soit associée à un long Covid-19 ou à des syndromes inflammatoires", dit-il.

Inquiétudes pour Omicron

Pour éviter de nouvelles fermetures de classe et le retour de l'enseignement à distance, l'OMS conseille de renforcer les tests et l'usage des masques dans les écoles et d'envisager la vaccination au niveau national des enfants scolarisés.

L'organisation a également rappelé sa préoccupation sur le nouveau variant Omicron, mais appelé à combattre l'actuel variant dominant, le Delta pour "une victoire demain contre Omicron".

"L'Omicron est en vue et en hausse et nous avons raison d'être préoccupés et prudents. Mais le problème maintenant c'est Delta et la façon dont nous réussirons contre Delta aujourd'hui sera une victoire contre Omicron demain", avant que les cas n'augmentent massivement.