Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Trois jours après les tornades, la recherche des disparus continue, l'aide s'organise

Access to the comments Discussion
Par euronews
Un mur, une bibliothèque, c'est tout ce qu'il reste du bureau de cet avocat à Mayfield, au Kentucky, 12 décembre 2021
Un mur, une bibliothèque, c'est tout ce qu'il reste du bureau de cet avocat à Mayfield, au Kentucky, 12 décembre 2021   -   Tous droits réservés  Mark Humphrey/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved   -  

Des dizaines de personnes sont toujours portées disparues dans le Kentucky, aux États-Unis. Vendredi, une trentaine de tornades ont traversé six États laissant une traînée de destructions sur des centaines de kilomètres.
La ville de Mayfield, 10 000 habitants, est devenue le symbole de cette dévastation...
Le bilan provisoire est d'une centaine de morts, 80 rien que dans le Kentucky.

Ici, les équipes de secours continuent de rechercher d'éventuels survivants, même si l'espoir s'amenuise. Le président Joe Biden a approuvé l'état d'urgence et les agences fédérales de réponses aux catastrophes ont commencé leur déploiement.

"La Garde nationale a été déployée, nous avons plus de 300 gardes sur le terrain. Ils font tout, du porte-à-porte , enfin il n'y a plus guère de portes, ils vont plutôt de décombres en décombres à la recherche, espérons-le, de survivants, mais autrement, pour informer les familles, leur donner au moins des certitudes sur leurs disparus", a expliqué Andy Beshear, gouverneur du Kentucky.

L'aide s'organise, des bénévoles distribuent de la nourriture, des vêtements et des produits d'hygiène. Les églises locales sont très mobilisées, offrant des abris à ceux qui n'ont plus rien.

Robert Bumsted/AP Photo/Robert Bumsted
Ronald Hayes dans un centre d'accueil à Wingo, dans le Kentucky, après que sa maison a été détruite par une tornade, 12 décembre 2021Robert Bumsted/AP Photo/Robert Bumsted

Dans l'usine de bougies de Mayfield, réduite à néant alors que 110 personnes y travaillaient vendredi, Jason Riccinto était conducteur de chariot élévateur. Également pompier bénévole, il essaie d'aider :

" Les mots ne peuvent pas décrire ce qui s'est passé, pour être honnête avec vous. C'est... En fait, le service d'incendie auquel j'appartiens est bénévole. Je travaille actuellement dans ce bâtiment, et c'est... c'est juste complètement dévasté."

Une quarantaine de personnes ont été sauvées de ce qui n'est plus qu'un enchevêtrement de poutrelles métalliques, mais au moins 60 autres sont encore portées disparues et les autorités disent qu'il est peu probable qu'il y ait d'autres survivants.

Sources additionnelles • AP, AFP