Guerre en Ukraine : le chancelier Scholz veut augmenter les dépenses de défense de l'Allemagne

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Guerre en Ukraine : le chancelier Scholz veut augmenter les dépenses de défense de l'Allemagne
Tous droits réservés  The Associated Press

"Le monde d'après ne sera plus le même". Ces mots sont ceux du chancelier allemand Olaf Scholz, qui s'est exprimé ce dimanche à propos de la guerre en Ukraine lors d'une séance extraordinaire au Bundestag. Il a tout d'abord réaffirmé son soutien inconditionnel à l'Ukraine et ses citoyens : "Nous devons soutenir l'Ukraine dans cette situation désespérée, et nous l'avons fait dans une large mesure ces dernières semaines, mois et années. Mais avec l'invasion de l'Ukraine, nous sommes entrés dans une nouvelle ère. À Kiev et à Kharkiv, et à Marioupol, les gens ne défendent pas seulement leur patrie. Ils se battent pour la liberté et leur démocratie. Pour des valeurs que nous partageons avec eux."

Tout en se disant ouvert à des discussions avec la Russie, Olaf Sholz a averti que de nouvelles sanctions pourraient être prises par l'Occident, après deux paquets adoptés en quelques jours qui doivent notamment permettre d'exclure de nombreuses banques russes de la plateforme interbancaire Swift, rouage essentiel de la finance mondiale.

Nous ne refuserons pas de discuter avec la Russie. Même dans cette situation extrême, il est du devoir de la diplomatie de maintenir ouverts les canaux de discussion.
Olaf Scholz

2% du PNB pour la défense

Et face "au Belliciste" Poutine, le chancelier a également indiqué vouloir augmenter massivement les dépenses de l'Allemagne dans le secteur de la défense. Il a annoncé un "fonds spécial" unique de 100 milliards d'euros. Désormais, Berlin investira chaque année plus de 2 % de son produit national brut dans la défense.

"Le troisième grand défi est d'éviter que la guerre de Poutine ne s'étende à d'autres pays d'Europe. Cela signifie que nous assumons pleinement notre devoir d'assistance au sein de l'OTAN. C'est ce que j'ai dit à nos alliés d'Europe centrale et orientale, qui craignent pour leur sécurité. Le président Poutine ne devrait pas sous-estimer notre détermination à défendre, avec nos alliés, chaque mètre carré du territoire de notre alliance", a estimé le chancelier allemand.

Le veto apposé par Moscou à une résolution du Conseil de sécurité de l'Onu condamnant l'attaque en Ukraine est "une honte", a encore insisté M. Scholz alors que Berlin, dans un autre revirement majeur, a accepté samedi soir de livrer des armes à l'Ukraine en guerre, rompant avec une position officielle en vigueur depuis la fin de la Seconde guerre mondiale selon laquelle l'Allemagne ne fournit pas d'armes létales dans les zones de conflit.

Enfin, l'Allemagne, à l'instar de nombreux autres pays européens, va en outre fermer son espace aérien aux compagnies russes et aux jets privés russes à partir de dimanche 14H00 GMT, a annoncé le ministère des Transports.