Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Marioupol proche de tomber aux mains des forces russes

Access to the comments Discussion
Par euronews
Soldats russes à Marioupol le 12 avril 2022
Soldats russes à Marioupol le 12 avril 2022   -   Tous droits réservés  ALEXANDER NEMENOV/AFP or licensors   -  

La situation est toujours critique à Marioupol, port stratégique de la mer d’Azov, où de nombreux civils sont retranchés dans une usine métallurgique avec les derniers combattants ukrainiens. Ceux-ci ont jusqu’à présent ignoré l’ultimatum des forces russes qui ont placé des drapeaux rouges le long d’un couloir pour qu’ils se rendent. L’évacuation des civils est au point mort. L’Ukraine a proposé à la Russie un cycle de négociations spécial dans la ville assiégée pour tenter de trouver une issue à la situation.

En attendant, Volodymyr Zelensky a reçu le président du Conseil européen Charles Michel à Kyiv. Le président ukrainien s’est dit relativement confiant quant à une entrée rapide de l’Ukraine dans l’Union européenne : "Je suis très heureux de dire, avec un optimisme prudent, que nos partenaires ont commencé à mieux comprendre nos besoins. A mieux comprendre ce dont nous avons exactement besoin. Et quand nous en avons exactement besoin. Pas dans des semaines, pas dans un mois, mais immédiatement. En ce moment même, alors que la Russie tente d'intensifier ses attaques".

Mercredi, les ministres des Finances du Royaume-Uni, des États-Unis, du Canada et de la France ont quitté la réunion du G20 au moment où les délégués russes prenaient la parole. Sur twitter, la vice-première ministre et ministre des Finances du Canada Chrystia Freeland a déclaré : "Les démocraties du monde ne resteront pas indifférentes à l'agression continue et aux crimes de guerre de la Russie". La présidence indonésienne s’était avant cela refusée d'exclure Moscou du G20 au nom de l'impartialité.