Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Première visite d'une ministre française en Ukraine

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz
euronews_icons_loading
Un immeuble détruit en Ukraine
Un immeuble détruit en Ukraine   -   Tous droits réservés  Francisco Seco/Associated Press

Aux alentours de Louhansk, des soldats séparatistes pro-russes tirent au mortier, les positions ukrainiennes sont à quelques kilomètres. A 40 km au sud, les forces russes mènent une opération de grande envergure, avec des dizaines de chars et d'hélicoptères de combat. Objectif: couper les lignes d'approvisionnement ukrainiennes et asphyxier la ville de Severodonetsk, qui pourrait devenir la nouvelle Marioupol.

 Un soldat pro-russe, dans la ville détruite de Poposna, où les corps jonchent les rues, explique que "le but est d'encercler. Dans les combats urbains, les pertes des attaquants sont beaucoup plus élevées que celles des défenseurs, dit-il. Donc notre objectif est que nos hommes ne tombent pas au combat ".

Le ministère russe de la Défense publie ces images des combats aériens menés par ses avions. Ils ont volé à basse altitude pour frapper des installations militaires ukrainiennes. Ils escortent un train qui, selon Moscou, livre du matériel à la zone d'opérations militaires spéciales.

Sur le terrain diplomatique, la nouvelle ministre française des Affaires étrangères s'est rendue à Boutcha. Non loin de Kiev, cette ville a été le théâtre de massacres de civils par les troupes russes, ce que Moscou dément .

"Il faut se dire que cela ne devrait pas être arrivé, a déclaré Catherine Colonna. Et il ne faut pas que cela recommence. Et je veux souhaiter le meilleur aux Ukrainiens et que la paix revienne le plus vite possible - c'est leur souhait, vous l'avez entendu. la France est à leur côté, avec ses amis et ses alliés et elle va faire tout son possible pour que la paix revienne".

A Bruxelles, alors que les 27 se réunissent pour un sommet sur l'Ukraine, des manifestants ont réclamé des sanctions contre Moscou, et la fin des achats de gaz et de pétrole russe.

.