Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Des milliers de poissons morts sur l'Oder, des tests en cours en Allemagne et en Pologne

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Poisson mort sur la berge de la rivière Oder, le 13 août 2022
Poisson mort sur la berge de la rivière Oder, le 13 août 2022   -   Tous droits réservés  Patrick Pleul/dpa via AP   -  

Des milliers de poissons flottent sans vie sur la rivière Oder, qui coule entre l'Allemagne et la Pologne, laissant craindre un "désastre" pour l'environnement tandis que la population locale est appelée à rester éloignée de ses eaux.

Les images sont impressionnantes. Des milliers de poissons ont été retrouvés morts dans la rivière Oder, qui coule en Allemagne et en Pologne. Les premiers cas ont été déclarés en Pologne, le 28 juillet dernier, par des habitants de la région et des pêcheurs. Ces animaux ont sans doute ensuite été transportés par le courant vers l'Est de l'Allemagne où coule également l'Oder. 

Une échelle de pollution "très grande"

La situation est telle que le gouvernement Polonais s'est retrouvé sous le feu des critiques, accusé par les autorités allemandes de ne pas les avoir prévenues de ces milliers de morts. La ministre allemande de l'Environnement a, de son côté, demandé une enquête exhaustive afin de déterminer les causes de ce "désastre environnemental".

Tweet de Steffi Lemke, ministre de l'Environnement allemande: "J'ai un appel urgent avec mon homologue polonais sur la catastrophe environnementale sur l'Oder, la priorité est désormais la limitation des dégâts, la protection de la population et à l'identification de la cause."

Samedi, le Premier ministre Mateusz Morawiecki a assuré quant à lui avoir été informé "le 9 ou 10 août" de la pollution. "Il est évident que j'ai appris cela trop tard", a-t-il avoué, précisant qu'au départ "tout le monde a pensé qu'il ne s'agissait que d'un problème local". "L’échelle de la pollution est très grande, suffisamment grande pour dire que l’Oder aura besoin d'années entières pour retrouver son état naturel", a-t-il par ailleurs reconnu.

Mais les poissons ne sont pas les seuls touchés par ce désastre environnemental, les moules ont également succombé. "Les poissons, c'est juste la partie émergée de l'iceberg", déplore Michel Tautenhahn, chef adjoint du parc national de la vallée de la Basse-Oder, en Allemagne. 

Une récompense de 210 000 euros

L'Oder est une rivière considérée comme relativement propre depuis de nombreuses années, abritant une quarantaine d'espèces de poissons. Les autorités estiment que les animaux ont probablement été empoisonnés. Leur mort est "atypique," explique Axel Vogel, ministre de l'Environnement du Land de Brandebourg, jugeant que "des tonnes" de poissons ont déjà sans doute péri.

"La mort des poissons est souvent causée par la distorsion des niveaux d'oxygène quand le niveau de l'eau est trop bas", explique-t-il. "Mais nous avons noté une augmentation du niveau d'oxygène depuis plusieurs jours, ce qui indique qu’une substance étrangère a été introduite et a provoqué tout ça", selon lui. Des tests sont en cours en Allemagne pour tenter de déterminer la substance à l'origine de ces morts alors que les autorités ont déjà fait état de signes indiquant des niveaux extrêmement élevés de mercure.

En Pologne, le parquet a été saisi de l’affaire, alors que l'indignation grandit dans le pays. Le chef du gouvernement a limogé vendredi deux responsables des eaux et de la protection de l'environnement, à qui il a reproché "une action trop lente". Samedi, la police polonaise a offert une récompense de 210 000 euros pour trouver l'auteur de la pollution. 

Des tests afin d'établir la nature de cette substance sont également en cours en Pologne. Les autorités polonaises ont d'ores et déjà fait état de signes indiquant un taux de salinité inhabituellement élevé. D'autres résultats sont attendus sur la présence éventuelle de métaux lourds ou de mercure.

Les premières conclusions sont donc inquiétantes… Depuis des années, l’Oder est considérée comme une rivière propre, abritant une quarantaine d’espèces de poissons. Si la présence de métaux lourds se confirmait, la nettoyer pourrait prendre des années, car le mercure ne se désintègre pas et peut rester durant de longues périodes dans les sédiments.