Guerre en Ukraine : la situation au 1er décembre, cartes à l'appui

Access to the comments Discussion
Par Oleksandra Vakulina  & Euronews
Guerre en Ukraine, le point, cartes à l'appui
Guerre en Ukraine, le point, cartes à l'appui   -  Tous droits réservés  Euronews

Les efforts déployés par les Russes autour de Bakhmout, indiquent qu'ils n'ont pas réussi à tirer les leçons des campagnes précédentes meurtrières. Voici la dernière évaluation de Institut pour l'étude de la guerre, groupe de réflexion basé aux Etats-Unis.

Depuis la fin du mois de mai, la Russie a concentré ses forces sur de petites localités autour de Bakhmout mais n'a obtenu que de très faibles avancées de l'ordre de quelques kilomètres.

L'Institut pour l'étude de la guerre avait déjà dans le passé fait ce constat. L'acharnement des russes à avancer sur Bakhmout a eu pour effet la fatigue voire l'épuisement des troupes, bloquées parfois pendant des semaines ou des mois dans des villages à proximité.

Ce mode opérationnel ressemble fortement à celui adopté par la Russie pour prendre Sievierodonetsk et Lysychansk plus tôt au cours de la guerre. 

Aux mois de juin et juillet de cette année, les forces ukrainiennes ont poussé les troupes russes à concentrer leurs efforts sur Sievierodonetsk et Lysychansk, deux villes proches de la frontière de la région de Luhansk,

Chacune relevant d'une importance opérationnelle et stratégique limitée, l'objectif était de profiter de la lassitude et dégradation du moral des soldats russes.

Ainsi, le camp russe dans cette région n'a que très peu avancé depuis début juillet. Mais il continue de progresser vers et dans Bakhmout. Il pousse pour un retrait ukrainien qui contrôle encore la ville (comme ce fut le cas à Lysychansk). A noter que Bakhmout, elle-même, offre peu d'avantages opérationnels.

Les coûts associés à six mois de combats brutaux et épuisants autour de Bakhmout dépassent de loin tout avantage opérationnel que les Russes pourraient obtenir en prenant la ville.

D'autre part, les offensives russes autour de Bakhmout sollicite une proportion importante de la puissance de combat disponible de la Russie, facilitant potentiellement la poursuite de la contre-offensive ukrainienne.