La libération de l'artificier des attentats islamistes de Bali provoque la colère de l'Australie

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
Umar Patek avait été arrêté en 2011 au Pakistan, 29 Novembre 2011
Umar Patek avait été arrêté en 2011 au Pakistan, 29 Novembre 2011   -   Tous droits réservés  AP Photo/Tatan Syuflana, File

La libération anticipée de l'artificier de l'attentat qui avait frappé l'Indonésie en 2002 a provoqué la colère de Canberra.

Umar Patek était membre d'un groupe islamiste affilié à Al-Qaïda qui avait fait exploser des bombes dans un bar et une boîte de nuit de Bali en 2002, faisant 202 morts, dont 88 Australiens.

L'Australie est le pays qui a perdu le plus de ressortissants dans ces attaques qui avaient ciblé Bali, la célèbre station balnéaire indonésienne. Le vice-Premier ministre australien Richard Marles a exhorté l'Indonésie à garder Umar Patek sous "constante surveillance".

"Je pense que ce sera un jour très difficile pour de nombreux Australiens", a-t-il déclaré.

Le Premier ministre australien Anthony Albanese avait averti, en août, que la remise en liberté d'Umar Patek ne ferait qu'aggraver la détresse et le traumatisme des familles touchées.

Relâché de la prison

Umar Patek a été identifié comme l'artificier qui avait confectionné les bombes. Il avait été arrêté en 2011 après près de dix ans de recherches, à Abbottabad, la ville du Pakistan où Oussama Ben Laden avait été tué par les forces spéciales américaines. Sa tête avait été mise à prix pour un million de dollars.

Il a été relâché de la prison de Surabaya mercredi, dans l'est de l'île de Java, à 08h00 locales (01h00 GMT) et escorté par les autorités, car aucun membre de sa famille n'était venu le chercher, a indiqué à l'AFP la porte-parole du ministère de la Justice et des droits humains, Rika Aprianti.

"Il est obligé de suivre les instructions de l'administration et ne doit commettre aucun acte de violence" sous peine d'être remis en prison, a-t-elle ajouté.

Les autorités estiment que l'extrémiste a "changé" après avoir suivi un programme de déradicalisation en prison, a poursuivi Mme Aprianti, selon qui il a aussi "prêté allégeance à l'Etat unitaire de la République d'Indonésie".

Attentat lié à Al-Qaïda

L'attaque dans deux établissements touristiques a été attribuée à l'organisation islamiste indonésienne Jemaah Islamiyah (JI), liée à Al-Qaïda. Un autre engin explosif avait aussi été déclenché devant le consulat américain de Bali mais n'avait pas fait de victimes.

L'Indonésie, le pays à majorité musulmane le plus peuplé du monde, est aux prises avec des mouvements extrémistes qui ont mené plusieurs attaques depuis les attentats de Bali.

Les principaux auteurs des attentats ont été exécutés, tués par la police ou emprisonnés.