Inflation, approvisionnement énergétique, les incertitudes économiques pèsent sur la zone euro

Access to the comments Discussion
Par Giulia Torbidoni  & Euronews
Le président de l'Eurogroupe Paschal Donohoe (au centre)
Le président de l'Eurogroupe Paschal Donohoe (au centre)   -   Tous droits réservés  Olivier Matthys/AP   -  

L'inflation flambe et les perspectives de croissance se dégradent. C'est le constat dressé par les ministres des Finances de la zone euro réunis lundi à Bruxelles. Un premier point semble certain, la hausse des prix va se poursuivre dans la durée.

"Il est vrai que la crise en Ukraine, les chocs d'approvisionnement et leur corollaire, tous les effets secondaires sont là pour plus longtemps que nous l'avions imaginé ou anticipé. Il est vrai que l'inflation qui reculait restera à un niveau élevé toute l'année", reconnaît la ministre néerlandaise des Finances Sigrid Kaag.

Deuxième point : le risque de pénurie de gaz pour l'hiver prochain est réel si la Russie suspend ses livraisons. La Commission européenne travaille sur un plan d'urgence mais la hausse des prix de l'énergie représente 42 % de l'inflation.

Ce "qui pourrait nous amener dans une situation économique plus difficile serait une rupture et une véritable pénurie d'approvisionnement. Cela pourrait changer la donne, la donne actuelle est celle d'une baisse très limitée et d'un ralentissement de la croissance", prévient le Commissaire européen en charge de l’Economie Paolo Gentiloni.

Troisième point : l'euro a perdu de sa valeur face au dollar et les deux monnaies sont presque à un niveau égal. Il faut remonter 20 ans en arrière pour observer cette conjoncture. Certains eurodéputés attendent désormais que la Banque centrale européenne (BCE) agisse.

L’inaction de l’institution financière signifie "une inflation élevée en Europe et un euro plus faible et plus bas", résume l’eurodéputé Luis Garicano (Renew Europe).

L'objectif pour l'Union européenne est d'éviter une récession, un scénario qui ne peut pas être écarté.