DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Maîtriser sa consommation d'énergie

Vous lisez:

Maîtriser sa consommation d'énergie

Taille du texte Aa Aa

Les Européens consomment presque quatre fois plus d‘énergie que les Asiatiques ou les Sud-Américains, et 30% de cette énergie est utilisée à la maison.

Des chiffres préoccupants quand on sait qu’au moins 16% de l‘énergie que nous utilisons est gaspillée. Alors comment changer cette situation ?

Voici trois initatives européennes, trois pistes concrètes. Direction d’abord Manchester au coeur du Royaume-Uni. Ici, les scientifiques sont au service de la population pour l’aider à mieux maîtriser sa consommation d‘énergie.

Pour cela, il n’est pas nécessaire de faire des travaux, ni d’acheter un nouveau logement ou de chnager d’appareils électroménagers.

Les chercheurs souhaitent seulement nous aider à comprendre notre manière de consommer l‘énergie à la maison et combien cela nous coûte.

“L’objectif principal du projet Dehems est d’inciter de nouveaux comportements chez le consommateur, la manière dont il gère son énergie et la manière dont il utilise les informations qu’il reçoit.” explique Pukul Rna coordinateur du projet Dehems.

Des informations exactes sur la consommation du logement que les membres du projet et les consommateurs obtiennent instantanément grâce à plusieurs compteurs.

“Nous avons un kit de base qui contrôle la consommation principale d‘énergie de l’habitation. Mais nous avons aussi des compteurs qui se fixent entre l’appareil et la prise électrique, ce qui nous permet de comprendre en détail la consommation énergétique du logement “explique Pukul Rna coordinateur du projet Dehems.

Fiona Nicholls possède déjà le kit de base qui lui permet de mesurer sa consommation d‘électricité. Aujourd’hui, elle est en train d’en installer un autre pour le gaz. Suffisant dit-elle pour modifier ses habitudes : “Je pense que je fais mieux les choses aujourd’hui, je prête beaucoup plus d’attention à mon électroménager parce que j’ai vu sur l‘écran qu’il consommait beaucoup plus d‘énergie que ce que je pensais. Si je n’avais pas eu ce compteur, je n’aurais rien fait.”

Quand Fiona met en marche l’un de ses appareils électriques, elle peut voir immédiatement la quantité d‘énergie utilisée et combien cela lui coûte par mois ou par jour. Après avoir testé ce système, elle ne doute plus de son efficacité. “C’est une technologie très simple dit-elle, à la portée de tous. Je vais continuer à l’utiliser . Si le projet me le permet, je vais conserver le compteur, sinon j’en achèterai un.”

“Les dernières analyses des résultats montrent que les gens qui utilisent notre système économisent maintenant jusqu‘à 8% de leur consommation d‘énergie globale par rapport à la consommation qu’ils avaient avant le début du projet. Nous espérons maintenant doubler ce chiffre et même atteindre 20% d‘économie” explique Pukul Rna coordinateur du projet Dehems.

Et si nous changions aussi “le comportement”

de nos maisons ? A Mannheim en Allemagne, un projet de recherche consacré à la maîtrise de la consommation d‘énergie est en cours de développement.

Cet habitant est de retour chez lui après sa journée de travail. Même absent, il a économisé de l‘énergie car il possède une maison dite intelligente.

Anke Weidlich, coordinatrice du projet SmartHouse/Smartgrid explique son fonctionnement : “Nous avons un dispositif qui s’installe à la maison et qui se charge de contrôler certains de nos appareils électroménagers, par exemple la machine à laver ou le réfrigérateur. Ce dispositif, ou contrôleur centralisé, détecte le meilleur moment pour mettre en marche ces appareils.”

Il suffit simplement de préparer son lave linge. Ensuite, le dispositif le mettra en route à l’heure où l‘électricité sera la moins chère ou quand l’utilisateur le décide après avoir vérifié les prix sur internet.

“Avec ce système, nous avons modifié notre manière d’utiliser les appareils électroménagers. Nous ne les mettons pas en marche aux mêmes heures qu’avant. Maintenant, nous regardons d’abord à quelle heure l‘électricité est la moins chère, et ainsi nous économisons de l’argent et de l‘énergie.” souligne Robert Nagy, un consommateur allemand qui a testé ce système.

Ce dernier utilise plus d‘énergie renouvelable que ses voisins car le contrôleur centralisé met en route ses appareils quand l‘électricité du réseau a été produite à partir de sources naturelles.

“Imaginons un jour de fort vent ou de grand soleil. Il y aura alors beaucoup d‘énergie renouvelable issue d‘éoliennes ou de panneaux solaires. A ce moment-là, l‘électricité sera moins chère et il sera beaucoup plus intéressant de mettre en route ses appareils électroménagers. Le système que nous sommes en train de développer se charge de faire cela pour vous.” explique Anke Weidlich.

Le contrôleur centralisé est aussi capable de gérer l‘énergie solaire que certaines maisons, impliquées dans le projet, produisent. Dans le cas où l’une d’elles produirait plus d‘énergie, l’excédent est envoyé aux voisins : “Aujourd’hui, si vous avez un panneau solaire sur votre toit qui produit beaucoup, vous pouvez vendre l‘éxcédent à la compagnie d‘électricité de votre pays. Mais il est aussi possible de faire autrement. L‘énergie excédentaire peut rester dans le quartier et être vendue directement aux voisins qui en ont besoin.“explique Anke Weidlich.

Alors peut-on réellement se déconnecter du réseau électrique ? La troisième initiative que nous vous présentons est réalisée en Grèce à Lavrio au sud d’Athènes.

Il y a ici un bâtiment très particulier dans le sens où toute l‘électricité qu’il utilise est issue du soleil et du vent. Il n’utilise jamais l‘énergie du réseau électrique.

“Nous faisons face à un problème, le fait que les énergies renouvelables ne génèrent pas toujours de l‘énergie ou ne la produisent pas de manière continue. Parfois, la production est plus importante, parfois plus faible indique Ioannis Paspaliaris.

En de nombreuses occasions, l‘énergie produite par les sources renouvelables n’est pas toujours la même que celle consommée par l‘édifice. Parfois c’est plus, parfois c’est moins.

Alors, quand c’est plus, il y a donc un excédent d‘énergie et quand c’est moins, il faut utiliser l‘énergie renouvelable stockée dans le bâtiment.”

Stocker cette énergie dans des batteries prendrait beaucoup trop de place, de plus ces batteries

ont une durée de vie très courte.

La solution : transformer cet excédent d‘énergie en hydrogène par le biais de l‘électrolyse.

“L’idée de l’hydrogène est venue en prenant en considération l‘équilibre nécessaire entre l‘énergie produite et l‘énergie utilisée et ainsi la possibilité de stocker l‘énergie sous forme d’hydrogène. Hydrogène qui pourra être utilisé plus tard pour produire de l‘électricité ou de la chaleur avec une pile à combustible” indique Stefano Carosio.

“L’hydrogène est un gaz qui, quand on l’utilise pour produire de l‘électricité ou de la chaleur, ne génère aucun gaz à effet de serre. Quand il est brûlé ou utilisé dans une pile à combustible, il ne produit que de l’eau pure” poursuit Ioannis Paspaliaris.

L’objectif de cette expérience est d’apprendre comment installer ce système de stokage de l’hydrogène dans un quartier, un grand bâtiment et même dans une maison.

“La future maison de l’hydrogène fonctionnera mieux si la maison consomme peu d‘énergie. Quand un bâtiment consomme peu d‘énergie , alors tout le système de stokage de l’hydrogène est plus petit et donc plus économique” souligne Ioannis Paspaliaris.

Alors comment réduire sa consommation ? Au vue de ces trois initiatives européennes, la réponse semble claire : en maîtrisant l‘énergie.

www.dehems.eu
www.smarthouse-smartgrid.eu
www.h2susbuild.ntua.gr