DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'eau, source de conflits


the-network

L'eau, source de conflits

Le Nil, l’un des fleuves les plus longs au monde, irrigue une bonne partie de l’Afrique, de l’Ouganda à l’Egypte. Ses flots ont constitué une source de conflit et de tension et ce pourrait bien être de nouveau, le cas à l’heure où l’Ethiopie envisage de construire quatre immenses barrages.

Les conflits pour l’eau pourraient se multiplier avec l’accroissement de la population et le réchauffement climatique.

La lutte pour l’eau douce dans les pays en développement est l’un des thèmes abordés lors du Sixième Forum mondial de l’eau qui a lieu ce mois-ci à Marseille.

Des régions comme le Sahel, le Moyen-Orient et l’Asie du Sud font face à des demandes croissantes en eau du fait de leur développement.
Les Nations-Unies estiment qu’environ 1,2 milliard de personnes vivent dans des zones en pénurie d’eau. D’après l’ONU, 37 conflits liés à l’eau ont éclaté ces 50 dernières années.
Les ONG s’attendent à une nouvelle série de conflits si les gouvernements échouent à gérer la ruée des pays riches vers des terres arables.

Invités de cette édition : – Hisham Kandil, ministre égyptien pour les ressources en eau et l’irrigation. Son gouvernement a pour objectif de garantir l’approvisionnement en eau de son pays grâce au Nil.

- Judith Merkies, eurodéputée néerlandaise et vice-présidente de l’Intergroupe eau au Parlement européen.

- Loïc Fauchon, président du Conseil mondial de l’eau qui organise le Forum à Marseille. Il préside aussi le Groupe des Eaux de Marseille qui est détenu conjointement par les géants français de l’eau Véolia et Suez.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

the-network

Que peut-on attendre des élections en Russie?