DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sites internet islamistes : il faut "contre-attaquer"

Vous lisez:

Sites internet islamistes : il faut "contre-attaquer"

Taille du texte Aa Aa

Mohammed Merah, le tueur de Toulouse, s’est rendu plusieurs fois en Afghanistan, où il a peut-être suivi des entraînements militaires et été soumis à un endoctrinement psychologique.

Combien d’autres Mohammed Merah se trouvent dans ces camps, qui sont de véritables usines à terroristes ? Nous avons posé la question à Gilles de Kerchove, coordinateur européen pour le contre-terrorisme.

Frédéric Bouchard, Euronews :
“Combien de jeunes Européens sont, ou sont allés,
dans les zones tribales en Afghanistan ou au Pakistan”?

Gilles de Kerchove :
“Je n’ai pas de chiffres précis, mais je dirais qu’il y a quelques centaines, si on prend d’une manière consolidée l’ensemble de l’Union européenne, de jeunes qui s’y sont rendus”.

L’enrôlement et l’endoctrinement des jeunes aspirants terroristes passe aujourd’hui beaucoup par internet, un réseau qu’il faut contrôler de près, voire contre-attaquer :

Gilles de Kerchove :
“Internet est un incubateur de la radicalisation, malheureusement. Ce qui est commun aux terroristes c’est d’avoir deshumanisé leurs victimes, de sorte qu’ils ne perçoivent plus les conséquences des actes qu’ils posent. Redonner de la voix, redonner de la présence aux victimes, montrer les conséquences abominables de l’acte terroriste, d’une certaine manière, contribue à “déglamouriser” l’acte terroriste, et de ce fait ce sont des poliques actives de “contre-narratif” qu’il faut développer”.

Mohammed Merah, à la différence de beaucoup d’autres, ne serait pas passé par la filière internet et se serait rendu en Afghanistan par ses propres moyens.

Toulouse : quels impacts psychologiques?

La peine, l’angoisse, ou la peur. Le meurtre de 4 personnes, dont 3 enfants, lundi, devant cette école juive à Toulouse a déclenché une vague
d‘émotions, surtout chez ceux qui ont été frappés par ce drame, ou l’ont vécu de près. Mais pas seulement. La psychologue Hélène Romano analyse l’impact psychologique de ces actes terroristes sur la population ainsi que leur médiatisation.

Giovanni Magi, Euronews:
D’abord les actes terroristes, avec l’assassinat d’enfants dans une école, ensuite l’idenfication de la personne responsable, ensuite les longues négociations…. Quelles peuvent être les conséquences psychologiques de tout cela pour quelqu’un?

Hélène Romano, psychologue:
L’impact très fort, c’est à la fois le fait que ça se soit passé dans une école pour le cas des enfants qui ont été tués. Et le fait que la personne qui a tué semble avoir aussi le visage de quelqu’un – je vais employer un terme du langage commun- de normal, alors qu’on voudrait qu’il soit monstrueux. Ça peut être très déstabilisant, très blessant psychologiquement parce que ce n’est pas du tout rassurant. Donc, il peut y avoir un impact en termes d’insécurité psychologique, psychique, de chacun, d’où l’importance des réactions d’adultes pour resécuriser les enfants en particulier.

Giovanni Magi :
En ce qui concerne les communautés, dans ce cas les communautés juive et musulmane, qu’est-ce que cela va entraîner de part et d’autre sur le plan psychologique?

Hélène Romano:
Ça peut entraîner des positions très victimaires, très, très persécutées, de part et d’autre. “On a été tués parce qu’on était juifs” ou “il a été tué parce qu’il était musulman”, il y a des confusions qui existent, donc on sent des retranchements, ce n’est plus très souple dans la confiance à l’autre. Des retranchements souvant communautaires assez persécutifs, qui peuvent majorer les difficultés. C’est à dire, je prends un exemple sur la minute de silence en établissement scolaire, il y a eu des réactions tres agressives dans certains établissements scolaires publics à majorité musulmane, quand il s’est agi de faire une minute de silence par rapport à ce qui s‘était passé pour des enfants tués dans une école juive. Donc, ça peut créer ça parce que chacun se sent attaqué par l’autre. Et là, les responsables politiques ont une place essentielle pour essayer de contenir, et pas majorer, ces difficultés-là.

Giovanni Magi:
Avec la surexposition médiatique de ce genre d‘évènements, y a t-il un risque que cela inspire d’autres déséquillibrés?

Hélène Romano:
Ça, ça peut être un risque. Le risque majeur c’est, comme c’est très précipité, on était en direct, on n‘était pas dans l’appartement, dans l’immeuble, mais on était en direct. Ça court-circuite tout, il y a une sorte de dramatisation presque excessive. Pour ce qui s’est passé pour Toulouse, on a eu les détails de comment la petite fille avait été tuée, c’est totalement dramatique, ça n’apportait plus rien aux gens, aux auditeurs, d’avoir le détail de comment elle avait été tuée. Mais on a vu que les journalistes, pris aussi par l‘émotion, ça déborde, on n’a plus le temps de réfléchir, et le sujet lui il a besoin de temps pour assimiler, pour comprendre. Là, c’est très, très précipité.