DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Viviane Reding : "Les citoyens doivent être partie prenante de l'aventure européenne"


interview

Viviane Reding : "Les citoyens doivent être partie prenante de l'aventure européenne"

Entretenir le rêve européen chez les citoyens de l’Union a toujours été un défi difficile à relever. La commissaire européenne à la justice Viviane Reding est persuadée que l’Union devra, à l’avenir, trouver les moyens de rencontrer davantage l’adhésion des citoyens européens. Euronews l’a rencontré pour évoquer la dernière consultation publique menée par la Commission ainsi que la crise politique en Roumanie.

Paul Hackett, Euronews :

“ Bienvenue Viviane Reding, vous êtes la vice-présidente de la Commission européenne. Je voudrais évoquer avec vous la consultation lancée par la Commission. L’objectif déclaré est de mettre au jour les difficultés que les citoyens européens rencontrent par rapport à l’Union. Vous avez dit que les retours que vous avez vous permettront de forger différemment les politiques des prochaines années. Mais compte tenu de la crise existentielle que traverse l’Europe en ce moment : qu’espérez-vous vraiment obtenir aveec cette initiative ? “

Viviane Reding :

“ L’Europe est notre maison commune et elle ne peut pas être construite seulement par les hommes politiques qui diraient, une fois le bâtiment construit : “ venez donc vous y installer”. Non, nous devons construire cette maison ensemble, avec les citoyens et je pense que l’un des problèmes du passé est que nous n’avons jamais demandé aux citoyens ce qu’ils pensaient de l’Europe, de leur maison commune, sur le fait de vivre ensemble avec d’autres peuples, qui forment un ensemble de 500 millions d’habitants et il est grand temps de changer cela.”

Euronews :

“ Est-ce que cette consultation va vraiment changer quelque chose au problème central de l’Europe qui est est son grave déficit démocratique ?”

Viviane Reding

“ Précisément, le déficit démocratique vient du fait que les citoyens ont l’impression, à tort ou à raison, que l’on ne leur a jamais demandé leur opinion . Il est donc grand temps de s’y atteler. Ce sont les premières étapes car ensuite, nous aurons toute une année de consultation dans les villes et les villages. Puis, il y aura les élections européennes qui permettent aux citoyens d‘élire leurs députés. Mais cette fois, ils sauront pourquoi ils les élisent.”

Euronews :

“ Tout cela semble très beau mais ça va prendre du temps et le problème auquel est confrontée l’Europe n’est-il pas justement de répondre rapidement aux problèmes ?”

Viviane Reding :

“ C’est pourquoi nous commençons tout de suite. Pour que, au moment où arriveront les élections européennes, ils sachent pourquoi ils votent pour telle personne qui les représentera avec telles ou telles idées dans un Parlement européen renforcé…”

Euronews :

“ Excusez-moi de vous interrompre. Vous savez très bien que la participation aux élections européennes diminue à chaque scrutin. Les gens ne se sentent pas représentés par le Parlement européen ! “

Viviane Reding :

“ Absolument. Le Parlement européen a un immense pouvoir pour représenter les citoyens mais les gens ne le savent pas. Donc l’implication des électeurs, des citoyens dans cette nouvelle Europe est très importante. C’est pourquoi je suis si heureuse qu’avec les réponses que nous avons récoltées jusqu’ici, la plupart provenant de jeunes de moins de 30 ans, nous sommes incités à reconnecter les citoyens avec leur avenir et leur avenir se construit maintenant… avec eux, j’espère, et non sans eux.”

Euronews :

“ Mais regardez la situation à travers l’Europe. La montée des partis extrémistes, comme “Aube dorée” en Grèce. Est-ce que ça ne vous inquiète pas et n’est-ce pas lié au fait qu’il n’y a pas assez de démocratie ? Les gens ont le sentiment que l’Europe n’a de comptes à rendre à personne et n’est-ce pas pour cela qu’ils se tournent vers les extrêmes ?”

Viviane Reding :

“ C’est justement à cela que nous devons apporter une réponse. Mais cette réponse ne peut être théorique, elle ne peut se résumer à des promesses. Ca doit être très terre-à-terre. Les hommes politiques doivent écouter les gens, discuter avec eux…”

Euronews :

“ Est-ce qu’ils écoutent ?”

“ Nous sommes au tout début de ce processus pour obtenir davantage d’adhésion des citoyens européens, le sentiment d‘être partie prenante de l’aventure. Ceux qui se tournent vers les extrémistes et les populistes sont ceux qui désespèrent d‘être écoutés par leurs dirigeants. Personne ne tient compte de ce qu’ils pensent, c’est pourquoi nous devons les écouter et nous devons leur montrer que oui, nous tenons compte de ce qu’ils pensent, de leurs rêves et de l’Europe qu’ils désirent.”

Euronews :

“ Je voudrais aborder avec vous la situation en Roumanie. Etes-vous préoccupée par la crise politique actuelle dans le pays ?”

Viviane Reding :

“ Oui, beaucoup, comme toute la Commission et tout le Conseil. Vous avez observé notre réaction qui est très claire. La démocratie est un bien précieux qui doit être préservé. Nous avons besoin d’une justice indépendante. Nous devons tenir compte de l’avis des cours constitutionnelles. Et nous devons respecter ce qu’elle disent.”

Euronews :

“ Que peut vraiment faire l’Europe pour faire en sorte que le Premier ministre Viktor Ponta respecte ses promesses ?”

“ Et bien, je pense que beaucoup a déjà été fait. Le fait que la cour constitutionnelle ait pu rendre une décision et que cette décision ait été appliquée. Nous avons évité les dérives. Les choses ne sont toujours pas parfaites mais au moins, nous avons évité les solutions extrêmes. “

Euronews :

“ Il n’est pas évident que le Premier ministre Viktor Ponta écoute vraiment ce discours.”

Viviane Reding :

“ Il est Premier ministre d’un gouvernement normal, sorti des urnes. Il doit tenir son rôle de Premier ministre. Toute démocratie, quel que soit le parti au pouvoir, doit respecter ses règles constitutionnelles et c’est ce à quoi nous travaillons. Et je me réjouis de voir toute la Commission, le Conseil des ministres et le Parlement européen unir leurs voix pour dire que la démocratie est un bien précieux qui doit être préservé, quels que soient les dirigeants politiques.”

Euronews :

“ Quand vous regardez en arrière, pensez-vous que c‘était finalement une erreur de laisser des pays comme la Roumanie entrer dans l’Union européenne ?”

Viviane Reding :

“ Les Européens ont pris une décision historique. Quand la division de l’Europe a disparu et quand ceux qui avaient vécu sous la dictature communiste ont recouvré la liberté et l’indépendance, nous leur avons dit que notre porte était ouverte. La démocratie n’est pas une aventure facile. Beaucoup d’entre nous en Europe ont eu besoin de plusieurs décennies pour apprendre comment fonctionne la démocratie. Nous devons donc les aider, nous devons leur donner une chance. L’Europe est une organisation démocratique.”

Euronews :

“ Donc l’Europe pourrait vivre avec une dictature en son sein ?”

Viviane Reding :

“ Non, je ne crois pas. L’Europe ne pourrait pas faire cela. C’est clair : L’Europe est un Etat démocratique, un Etat composé de plusieurs Etats et cela continuera ainsi.”

Euronews :

“ Commissaire Reding, merci beaucoup.”

http://ec.europa.eu/justice/opinion/your-rights-your-future/

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

interview

France : le gouvernement "ne veut pas l'austérité"