DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Des robots au travail


futuris

Des robots au travail

Le travail manuel ralentit la fabrication de nombreuses marchandises et la rend plus onéreuse : les machines ne font pas encore jeu égal avec les capacités humaines. Mais aujourd’hui, des robots capables de voir en trois dimensions et de comprendre le langage humain pourraient bien révolutionner la production industrielle.

A Munich dans le sud de l’Allemagne, l’homme et la machine font équipe pour emballer des marchandises. Des ingénieurs de l’Université technique de Munich testent actuellement, leur plateforme à commande vocale qui permet d’empaqueter des appareils électroniques. Les tâches sont réparties : les moins physiques pour l’ouvrier, les plus éprouvantes pour le robot.

“Ce prototype reconnaît l’objet en question comme un téléviseur par exemple et localise sa position,” explique Carola Zwicker, ingénieur de l’Université technique, “après l’avoir localisé, la machine le prend et le place dans un carton avec prudence et minutie et s’il y a un problème, l’ouvrier peut intervenir.”

Le robot peut manipuler des objets de différents poids et formes. Ce qui permet une utilisation sur des lignes de production très diverses. Les procédures peuvent être adaptées grâce à des logiciels simples et des commandes vocales. “L’utilisateur final n’aura pas besoin que des experts viennent dans son usine pour reprogrammer le robot pour un nouveau produit,” souligne le programmeur Jürgen Blume, “ce qui devrait permettre d‘économiser des coûts et du temps.”

Ce projet de recherche financé par l’Union européenne vise à augmenter la productivité industrielle en associant main d’oeuvre humaine et robots intelligents.

“Ce projet va apporter des connaissances importantes en vue de développer le système de saisie du robot et de faire progresser la collaboration humain-robot,” assure Carola Zwicker, “il fait aussi connaître un nouveau type de programmation simple et intuitif, ouvrant de nouvelles perspectives pour l’industrie.”

A Steyr en Autriche, d’autres ingénieurs mettent au point des modèles de machines aux fonctionnalités diverses. L’un de leurs robots sait comment ranger des batteries, il comprend le langage et les gestes des humains et trouve son chemin dans la pièce. “Notre projet vise à présenter une boîte à outils des compétences et des aptitudes des robots,” estime Harald Bauer de chez Profactor, “qui peuvent être utilisées dans l’industrie pour résoudre des difficultés d’une manière simple et intuitive.”

Ce robot destiné à l’industrie automobile peut être employé dans la production aussi bien des voitures à combustion que des véhicules électriques. “Notre but n’est pas de remplacer la main d’oeuvre humaine,” poursuit Harald Bauer, “mais de rendre les tâches aussi simples et confortables que possible. En créant des postes de travail ergonomiques, on prévient le mal de dos et on libère les ouvriers des tâches pénibles. L’Homme peut se concentrer sur des procédures plus complexes que le robot n’est pas du tout en mesure d’exécuter.”

Le choix de la rédaction

Prochain article
L'intelligence artificielle au service des plus âgés

futuris

L'intelligence artificielle au service des plus âgés