DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le destin de l'Afrique entre ses mains


focus

Le destin de l'Afrique entre ses mains

D’un côté, il y a l’Europe, rongée par le doute, déplorant une économie en berne. De l’autre, il y a l’Afrique, en plein développement. Certains pays affichent même une croissance qui pourrait faire rêver leurs voisins européens.
Mais au-delà de cette donnée économique, less problèmes persistent. La pauvreté perdure, la démographie explose, la santé est en berne et la sécurité, un enjeu politique majeur. Mais les africains semblent ne plus vouloir éluder ces problèmes. Au contraire, ils débattent et développent des programmes comme lors du 2e New York Forum Africa, à Libreville, au Gabon.

La stratégie des “i”

Pour confirmer son émergence, l’Afrique articule sa stratégie de développement de la manière suivante.
L’indépendance. Pour lutter contre la violence, les fuites de capitaux ou la corruption, l’Afrique cherche à mettre en place son indépendance judiciaire. Les flux illégaux représentent 1 300 milliards de dollars, soit quatre fois la dette extérieure du continent.
L’innovation vient en second.
L’Afrique n’est pas un ensemble cohérent mais une mosaïque de 54 pays où coexistent 1 500 ethnies différentes.

“Il ne peut pas y avoir de paix sans la justice. Il y a des efforts qui sont faits sur le continent, qui concernent le développement, l‘économie, les finances, mais nous devons aussi mettre en oeuvre une réelle justice”, déclare la procureur de la Cour Pénale Internationale, Fatou Bensouda. “Il faut que l’Etat de droit prédomine et qu’il puisse rendre des comptes. Voilà sur quoi sont fondées les discussions actuellement”, ajoute-elle.

L’union économique, la solution?

Pour la décennie écoulée, la croissance annuelle enregistrée sur le continent s‘élève à 5%. Mais pour que cette croissance touche une couche plus importante de la population, il faut une amélioration nette des Infrastructures. “La clé de notre succès, c’est le développement eds routes et des voies de transports pour favoriser le commerce intra-africain”, analyse Thierry Tanoh, PDG de EcoBank.
Avec 200 millions d’habitants âgés entre 15 et 24 ans, l’Afrique possède la population la plus jeune au monde.
Mais elle aura doublé d’ici 2045. Et Il y a urgence à l’intégrer dans la croissance car 150 millions de ces jeunes sont sans emplois.

“Les pays africains doivent se rassembler pour faire de cette montée en puissance une réalité. J’appelle depuis longtemps à une étroite collaboration entre les principales économies d’Afrique. Une collaboration qui aurait pour modèle le groupe des BRIC, les principaux pays émergents. Il faut la même chose en Afrique, ce concept permettrait à tous ces pays de mettre en oeuvre une politique économique favorable aux investisseurs étrangers”, explique Ivor Ichikowitz, PDG du groupe de matériel militaire, Paramount.

Le forum a accueilli 700 leaders politiques et économiques. Pour l’ancien conseiller des présidents Clinton et Obama, Larry Summers, aussi présent, “le développement africain est le plus prometteur du XXIe siècle.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

focus

Comment Serbes et Albanais s'entendent pour faire de la contrebande